Quelle majorité pour Macron à l’issue des législatives?

Avec quelle majorité le nouveau président pourrait-il gouverner suite aux élections législatives de juin ? Nul ne peut répondre à cette question tant l’issue du scrutin semble incertaine. On peut toutefois envisager plusieurs scénarios électoraux.

Premier scénario : majorité absolue pour LREM

Si La République En Marche obtient, avec ses alliés du MoDem, une majorité absolue à l’Assemblée Nationale, Emmanuel Macron pourra maintenir son Premier Ministre et aura les mains libres pour mettre en application son programme selon la feuille de route présentée avant les élections : dès cet été, le gouvernement devrait présenter une loi de moralisation de la vie politique, réformer le Code du Travail et réduire le nombre d’élèves par classe dans les écoles des zones prioritaires ; viendra ensuite la réforme de l’assurance-chômage, mesure phare du programme d’Emmanuel Macron. L’inconvénient d’un tel scénario serait la tentation de l’hégémonisme : s’il obtient la majorité absolue, le parti présidentiel sera en effet tenté d’exercer le pouvoir sans compromis. C’est pourquoi le nombre de députés MoDem siégeant dans la nouvelle Assemblée Nationale aura une importance non négligeable : si le parti de François Bayrou parvient à faire élire une trentaine de députés, il disposera d’un groupe parlementaire autonome et aura du poids au sein de la nouvelle majorité. En outre, certains députés PS, PRG, LR et UDI pourraient, après les élections, saisir la « main tendue » d’Emmanuel Macron et s’associer à la nouvelle majorité, soit en constituant des groupes parlementaires autonomes soit en s’inscrivant directement dans le groupe parlementaire de La République En Marche.

Deuxième scénario : une coalition dominée par LREM

Si La République En Marche et le MoDem n’obtiennent qu’une majorité relative à l’issue du scrutin et si aucune majorité alternative n’est possible à gauche ou à droite, le parti présidentiel devra former une coalition gouvernementale avec d’autres forces politiques, par exemple avec Les Républicains et l’UDI. On peut aussi envisager une coalition « centrale » qui ferait éclater les groupes politiques traditionnels : il est en effet possible qu’une partie des députés socialistes constitue un groupe parlementaire autonome pour soutenir l’action du gouvernement, et qu’une partie des députés LR et UDI fasse de même. Cette situation est certes inhabituelle sous la Cinquième République, mais pas inédite : à l’issue des législatives de 1988, le PS n’a obtenu qu’une majorité relative ; quarante députés centristes ont alors formé un groupe parlementaire autonome baptisé UDC (Union du Centre) pour soutenir le « gouvernement d’ouverture » de Michel Rocard. Dans ce cas de figure, Emmanuel Macron pourrait maintenir Edouard Philippe à Matignon mais le gouvernement disposerait d’une marge de manœuvre plus réduite. On peut d’ailleurs imaginer une majorité « modulable » qui changerait en fonction des textes proposés : pour faire passer les réformes plus sociales, le gouvernement s’appuierait plutôt sur l’aile gauche de la majorité, et pour faire passer les réformes plus libérales, il s’appuierait sur l’aile droite.

Troisième scénario : une coalition « subie »

Si La République En Marche n’arrive pas en tête des élections et si aucune force politique n’obtient la majorité absolue, le parti présidentiel pourrait être amené à former une coalition dans laquelle le rapport de forces lui serait défavorable. A supposer que Les Républicains et leurs alliés centristes de l’UDI obtiennent une majorité relative à l’Assemblée Nationale, on verrait alors se former une coalition LR-UDI-LREM dans laquelle le parti présidentiel serait minoritaire. Edouard Philippe pourrait être maintenu dans ses fonctions de Premier Ministre (car il est issu de LR) mais il faudrait constituer un nouveau gouvernement plus représentatif de la majorité. Une coalition de ce genre permettrait à Emmanuel Macron de sauver certaines mesures de son programme présidentiel sur la base d’un nouveau contrat de gouvernement négocié entre les différentes forces de la majorité. Le parti d’Emmanuel Macron se retrouverait alors dans la même situation que l’UDF à l’issue des élections législatives de 1978 : créée pour soutenir l’action du président Giscard d’Estaing, l’UDF n’arriva qu’en deuxième position derrière le RPR et forma une coalition avec le parti de Jacques Chirac.

Quatrième scénario : une cohabitation

Si La République En Marche n’arrive pas en tête des législatives et si une majorité alternative est possible à gauche ou à droite, une cohabitation sera inévitable. Si Macron cohabite avec une majorité de droite LR-UDI, il pourra trouver quelques points d’accord avec celle-ci mais ne sera plus du tout maître de la « feuille de route » gouvernementale : Les Républicains et l’UDI appliqueront leur programme sans se préoccuper des promesses de campagne faites par Macron. Dans ce cas de figure, le Président de la République tentera certainement d’affirmer sa prééminence dans les domaines de la défense et de la politique étrangère ainsi que sur les questions européennes. On assisterait alors à une cohabitation « douce », comme celle de François Mitterrand et Edouard Balladur en 1993 ou celle de Jacques Chirac et Lionel Jospin en 1997. En revanche, si Macron est obligé de cohabiter avec une majorité populiste, c’est-à-dire avec le Front National ou avec les « Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon, il se retrouvera dans une situation très difficile car les points d’accord entre le Président de la République et le Premier Ministre seront quasi inexistants : on tomberait alors dans une forme de dyarchie hautement conflictuelle qui tournerait au bras de fer quasi permanent. Dans ce cas de figure, Emmanuel Macron pourrait tenter de faire obstruction à la politique gouvernementale, comme François Mitterrand face à Jacques Chirac lors de la cohabitation de 1986-88.

Publicités