Deux idées simples pour sauver la réforme du lycée

J.M. Blanquer.

Entrée en vigueur à la rentrée 2019, la réforme du lycée pilotée par Jean-Michel Blanquer repose sur deux piliers. Premièrement, les traditionnelles séries L, ES et S ont été remplacées par un lycée « à la carte » comprenant un tronc commun et des enseignements de spécialité. Les élèves suivent trois enseignements de spécialité en Première et n’en conservent que deux en Terminale. Deuxièmement, la réforme du lycée a renforcé la part de contrôle continu dans la note finale du bac afin de mieux prendre en considération le travail fourni par les élèves sur le long terme. Les moyennes de bulletin comptent pour 10% de la note totale ; les épreuves communes de contrôle continu représentent quant à elles 20% de la note globale.

La  crise sanitaire a considérablement perturbé la mise en place de la réforme du lycée, mais cette réforme est aussi contestée dans son principe même, tant par les syndicats d’enseignants que par les syndicats de lycéens et les associations de parents d’élèves. L’abandon d’une spécialité en Terminale est l’un des points les plus problématiques. Avant la réforme, les élèves de Terminale se spécialisaient grâce au renforcement d’une discipline : ainsi, un élève de Terminale S pouvait se spécialiser en maths ou en sciences de l’ingénieur sans pour autant renoncer aux autres enseignements du pôle scientifique. Désormais, la spécialisation s’effectue par l’abandon d’une spécialité, ce qui appauvrit le contenu de la formation en Terminale ; cette logique de spécialisation « par défaut » place les lycéens devant des choix quasi cornéliens car l’abandon d’une discipline peut les pénaliser sur Parcoursup et leur fermer des portes dans l’enseignement supérieur.

En outre, les épreuves communes de contrôle continu (EC) ont été mal conçues. Il s’agit d’une forme d’épreuve hybride, à mi-chemin entre le contrôle continu stricto sensu et les épreuves terminales classiques. Les EC présentent deux inconvénients majeurs : premièrement, elles sont extrêmement lourdes à organiser car elles impliquent des contraintes énormes et une surcharge de tâches administratives pour les établissements. Deuxièmement, ces épreuves accentuent les problèmes que le contrôle continu était censé résoudre car elles encouragent le bachotage permanent : les élèves doivent en effet passer leurs EC en milieu et en fin de Première puis pendant l’année de Terminale.

Pour sauver ce qui peut être sauvé dans cette réforme, il faut donc lui apporter deux modifications : supprimer les épreuves communes de contrôle continu et maintenir trois enseignements de spécialité en Terminale. Ces changements sont relativement simples à mettre en œuvre et n’impliquent pas de surcoûts.

Maintenir trois enseignements de spécialité jusqu’à la fin du cycle terminal garantira aux élèves une formation solide qui leur ouvrira un maximum de portes dans l’enseignement supérieur. Afin de rendre supportable la charge de travail qu’induit le maintien de trois spécialités en Terminale, on peut réduire de quelques heures le volume horaire du tronc commun et ramener de six à quatre heures le volume horaire alloué à chaque spécialité, moyennant des allègements de programme. On peut aussi envisager un système de coefficients modulés permettant, par exemple, de majorer le coefficient de la spécialité dans laquelle l’élève obtient les meilleurs résultats.

La suppression des EC permettrait quant à elle de simplifier et d’alléger le calendrier des épreuves. Le calendrier actuel est illisible et entraîne une forte dispersion des épreuves dans le temps : sur vingt mois de cours en Première et en Terminale, sept mois sont impactés par des épreuves de bac, ce qui est extrêmement lourd. Supprimer les EC permettrait aussi de rendre le nouveau bac beaucoup plus lisible. On peut en effet envisager les coefficients suivants : 20% de la note correspondrait au contrôle continu (c’est-à-dire aux moyennes de bulletin) et 80% aux épreuves terminales, à raison de 50% pour les enseignements de spécialité et 30% pour les autres épreuves terminales (français, philosophie et « grand oral »).

Il est important de maintenir une part de contrôle continu dans la note du bac. Mais nous parlons ici d’un véritable contrôle continu, c’est-à-dire une évaluation des élèves par leurs professeurs, au fil de l’eau, sur l’ensemble du cycle terminal. Les disciplines du tronc commun peuvent être évaluées en contrôle continu intégral, comme le prévoyait initialement le Rapport Mathiot : seules les moyennes de Première et de Terminale seraient alors prises en compte au bac, avec un cadrage national sur les exercices proposés aux élèves et les compétences à évaluer.La principale fonction du bac, aujourd’hui, est de valider un certain nombre de compétences acquises par les élèves au lycée : le contrôle continu peut tout à fait assumer ce rôle. Les épreuves terminales classiques ne garantissent qu’un simulacre d’égalité entre les candidats : en réalité, tout se joue avant le bac, puisque les établissements du supérieur se fondent déjà sur le contrôle continu pour recruter leurs étudiants. Il faut donc « dédramatiser » le contrôle continu et faire confiance aux équipes enseignantes, qui sont parfaitement capables d’évaluer de façon juste et objective le niveau de leurs élèves en valorisant les efforts et les progrès de chacun.

Réforme du bac: et si on supprimait les E3C?

Outre la suppression des traditionnelles séries L, ES et S, la réforme du bac a renforcé la part de contrôle continu dans la note finale afin de mieux prendre en considération le travail fourni par les élèves sur le long terme. En janvier 2020, les élèves de Première ont essuyé les plâtres des nouvelles épreuves du bac, les fameuses E3C (épreuves communes de contrôle continu). De nombreux incidents ont émaillé cette première session : des couacs administratifs, des sujets non conformes aux programmes officiels, des fuites de sujet sur Internet, des établissements bloqués par des enseignants ou par des élèves, des épreuves reportées. En raison du confinement, la deuxième session d’E3C prévue en avril-mai a été purement et simplement annulée. Ne faut-il pas tirer les leçons de toutes ces péripéties en supprimant les E3C ?

Les épreuves communes de contrôle continu ont été assez mal conçues. Il s’agit d’une forme d’épreuve hybride située à mi-chemin entre le contrôle continu stricto sensu et les épreuves terminales classiques. Les E3C présentent deux inconvénients majeurs : premièrement, elles sont extrêmement lourdes à organiser ; elles impliquent des contraintes énormes et une surcharge de tâches administratives pour les établissements. Deuxièmement, ces épreuves accentuent les problèmes que le contrôle continu était censé résoudre car elles encouragent le bachotage permanent : les élèves doivent en effet passer des E3C en milieu et en fin de Première puis en cours de Terminale. Supprimer les E3C permettrait donc de laisser « respirer » les établissements et les élèves. Les disciplines du tronc commun peuvent être évaluées en contrôle continu intégral, comme le prévoyait initialement le Rapport Mathiot : seules les moyennes de Première et de Terminale seraient alors prises en compte au bac, avec un cadrage national sur les exercices proposés aux élèves et les compétences à évaluer. 

Supprimer les E3C permettrait aussi de rendre le nouveau bac beaucoup plus lisible. Le contrôle continu représente actuellement 40% de la note globale, à raison de 30% pour les E3C et 10% pour les moyennes de bulletin. Les épreuves terminales représentent 60% de la note globale, à raison de 10% pour les épreuves anticipées de français, 32% pour les épreuves de spécialité, 14% pour le « grand oral » et 4% pour la philosophie. Au bout du compte, les coefficients sont si complexes que la note finale perd son sens. En supprimant les E3C, on peut envisager les coefficients suivants : 20% de la note correspondrait au contrôle continu (c’est-à-dire aux moyennes de bulletin) et 80% aux épreuves terminales, à raison de 50% pour les enseignements de spécialité (choisis par les élèves) et 30% pour les autres épreuves terminales (français, philosophie et grand oral).

Enfin, la suppression des E3C permettrait de simplifier le calendrier des épreuves, qui est lui aussi d’une grande complexité. En Première les élèves passent leurs E3C en janvier-février puis en avril-mai, ainsi que les épreuves anticipées de français en juin-juillet. La carte des E3C varie d’une session à l’autre : lors de la première session les élèves passent l’histoire-géographie et les langues vivantes, mais lors de la session d’avril-mai viennent s’ajouter l’enseignement scientifique et la spécialité abandonnée en Terminale. L’année suivante, les élèves doivent passer leurs épreuves trimestrielles d’EPS, leur troisième session d’E3C en cours d’année, les enseignements de spécialité en avril-mai puis la philosophie et le grand oral en juin. Non seulement ce calendrier est illisible, mais il entraîne une forte dispersion des épreuves dans le temps : sur vingt mois de cours en Première et en Terminale, sept mois sont impactés par des épreuves de bac, ce qui est extrêmement lourd.

Supprimer les E3C ne veut pas dire supprimer le contrôle continu : je pense qu’il faut une part de contrôle continu au bac. Je parle ici d’un véritable contrôle continu, c’est-à-dire une évaluation des élèves par leurs professeurs, au fil de l’eau, sur l’ensemble des années de Première et de Terminale. La principale fonction du bac, aujourd’hui, est de valider un certain nombre de compétences acquises par les élèves au lycée : le contrôle continu peut tout à fait assumer ce rôle. De nombreux enseignants craignent qu’avec le renforcement du contrôle continu le bac perde sa valeur nationale. Il s’agit là d’un faux problème : cela fait longtemps que les résultats du bac ne sont plus pris en compte lors de l’affectation des élèves dans l’enseignement supérieur. De fait, les établissements du supérieur recrutent déjà sur la base du contrôle continu. Soyons honnêtes : les notes obtenues aux épreuves du bac ne servent à rien. Les épreuves terminales classiques ne garantissent qu’un simulacre d’égalité entre les candidats. En réalité, tout se joue avant le bac. Il faut donc « dédramatiser » le contrôle continu : les professeurs sont capables d’évaluer de façon juste et objective le niveau de leurs élèves, en valorisant les efforts et les progrès de chacun.