Pourquoi il faut s’attendre à une nouvelle offensive des « antivax »

L’efficacité des vaccins est prouvée depuis longtemps. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que la vaccination de masse a fait reculer de façon spectaculaire plusieurs maladies infectieuses mortelles et hautement contagieuses qui, autrefois, faisaient des ravages. Dans les années 1950, en Europe, on mourait encore de la tuberculose, de la coqueluche, de la diphtérie et de la poliomyélite. Ces maladies, nous avons fini par les oublier car elles ont quasiment disparu dans les pays développés. Nous avons oublié que la diphtérie provoquait la mort par suffocation, que la coqueluche tuait les nourrissons dans d’abominables quintes de toux et que la poliomyélite entraînait une paralysie des membres inférieurs et du système respiratoire. Nous avons oublié que les maladies infectieuses étaient la première cause de mortalité en Europe jusqu’au milieu du XXe siècle. Qu’on le veuille ou non, la vaccination de masse marque un progrès majeur dans l’histoire de l’humanité.

Pourtant, un mouvement anti-vaccination a émergé en Europe et en Amérique du Nord à partir des années 90 : les militants antivax prétendent que les vaccins sont inefficaces, voire dangereux. Ils dénoncent un « lobby du vaccin » et contestent le principe de la vaccination obligatoire. Certains vont même jusqu’à présenter la vaccination des nourrissons comme une maltraitance. La rhétorique anti-vaccin bascule souvent dans la théorie du complot : pour bon nombre de militants antivax, la vaccination ne servirait qu’à enrichir les laboratoires pharmaceutiques. Mais certains militants antivax vont beaucoup plus loin dans le délire complotiste et affirment que les vaccins sont des armes biologiques destinées à décimer la population mondiale. En fouillant dans les poubelles du web, on peut même trouver des publications ahurissantes qui pourraient faire sourire si elles ne concernaient pas un sujet aussi grave : des sites complotistes affirment par exemple que les vaccins comportent des nano-robots capables de modifier le comportement des individus.

La propagande antivax est d’autant plus sournoise qu’elle mélange parfois des contre-vérités à d’authentiques données scientifiques. Comme le disait Paul Valéry, « le mélange de vrai et de faux est plus toxique que le faux ». Il existe par exemple un débat sur les sels d’aluminium qui entrent dans la composition des vaccins. Depuis maintenant un siècle, des sels d’aluminium sont employés comme adjuvants dans les vaccins car l’aluminium permet d’augmenter l’efficacité des vaccins en stimulant la réaction immunitaire de l’organisme : la plupart des spécialistes considèrent les sels d’aluminium comme inoffensifs mais certains chercheurs pensent le contraire. Les recherches du Professeur Romain Gherardi, spécialiste des maladies neuromusculaires, ont montré que chez une très petite minorité d’individus ayant des prédispositions génétiques, l’aluminium des vaccins pouvait entraîner des lésions musculaires appelées myofasciites à macrophages. La plupart des patients chez qui cette pathologie a été diagnostiquée souffrent de troubles du sommeil et de troubles cognitifs mais, à ce jour, aucun lien n’a pu être scientifiquement établi entre ces différents troubles et l’aluminium des vaccins. Pour l’OMS, rien ne justifie une interdiction de l’aluminium vaccinal car une telle décision réduirait considérablement l’efficacité des vaccins et pourrait avoir de lourdes conséquences sanitaires à l’échelle mondiale. Mais cela n’empêche pas les antivax d’affirmer que les vaccins entraînent des troubles neurologiques graves et irréversibles.

La propagande antivax est dangereuse car elle a des effets réellement néfastes sur la population. Elle entretient en effet la confusion dans l’opinion publique et alimente la méfiance envers les vaccins. On sait depuis longtemps qu’une bonne couverture vaccinale est indispensable pour stopper la propagation des virus et empêcher l’apparition de nouveaux foyers épidémiques. Or, durant les vingt dernières années, la méfiance croissante envers les vaccins a entraîné une dégradation de la couverture vaccinale et favorisé la résurgence de plusieurs maladies qui avaient presque disparu en Europe, comme la tuberculose, la coqueluche et la rougeole ; un retour de la diphtérie a même été constaté en Russie. Les rumeurs antivax provoquent parfois de véritables paranoïas collectives : ainsi, au début des années 2000, une épidémie de rougeole a démarré au Royaume-Uni parce que les gens croyaient, à tort, que le vaccin ROR favorisait l’autisme.

Face à la crise sanitaire mondiale déclenchée par le coronavirus, les antivax lancent de nouvelles offensives qui pourraient avoir, elles aussi, de funestes conséquences. Depuis le début de l’épidémie nous assistons sur Internet à une recrudescence des rumeurs et des fake news au sujet des vaccins. Selon une rumeur abondamment relayée sur les réseaux sociaux et les sites complotistes, le milliardaire Bill Gates aurait déclaré que les vaccins servaient à « réduire la population mondiale » : cette fake news vient en fait d’une déformation assez grossière des propos tenus par le fondateur de Microsoft sur les conséquences démographiques de la vaccination dans les pays en développement. Selon une autre rumeur, totalement fausse elle aussi, la Fondation Bill Gates financerait un vaccin contre le covid-19 pour implanter dans les individus vaccinés des puces électroniques permettant un traçage de la population… Malheureusement, quand une rumeur est lancée, il est difficile de l’arrêter : le fact-checking et la parole des experts ne pèsent plus très lourd face au racolage complotiste. Le jour où un vaccin contre le covid-19 sera mis en circulation, il y a fort à parier que la communauté antivax dénoncera encore un gigantesque complot destiné à empoisonner ou à surveiller la population mondiale.

Comme l’explique le sociologue Gérald Bronner, le développement d’Internet a entraîné une « dérégulation du marché de l’information ». Aujourd’hui, les authentiques données scientifiques se retrouvent en concurrence avec les théories les plus folles : des centaines de sites web cherchent à vous convaincre, en avançant des arguments pseudo-scientifiques, que la Terre est plate, que le réchauffement climatique est un mythe, que les vaccins sont inefficaces ou que les dinosaures n’ont jamais existé. Dans ce grand bazar de l’information qu’est devenu le web, les pires théories côtoient les travaux les plus brillants, et chacun fait son petit marché en glanant, ici ou là, quelques idées qui le conforteront dans ses croyances et dans ses préjugés.