Giscard, libéral et européen

Valéry Giscard d’Estaing s’en est allé. Enarque et polytechnicien, ancien ministre des Finances de Charles de Gaulle et de Georges Pompidou, il fut élu président de la République en 1974, à seulement 48 ans. Giscard n’était pas un centriste pure souche : c’était un homme de droite, mais ses convictions libérales et pro-européennes ont fait de lui le candidat naturel des centristes à la présidentielle de 1974. Il tenta de gouverner la France au centre, dans un contexte pourtant marqué par une bipolarisation croissante de la vie politique. Il voulut incarner une troisième voie entre le conservatisme gaullien et le socialisme. Giscard fut aussi une figure tutélaire de l’UDF, l’Union pour la Démocratie Française, ce grand cartel qui rassembla pendant vingt ans les partis du centre et du centre-droit.

Giscard était un authentique libéral. Dans son livre Démocratie Française paru en 1976, il théorisa la notion de « société libérale avancée », une société fondée sur les principes du libéralisme politique (défense des libertés fondamentales, séparation des pouvoirs), du libéralisme économique (économie de marché, libre concurrence) et du libéralisme culturel (liberté des mœurs). Giscard avait compris, après Mai 68, que la société française avait besoin d’une plus grande liberté, et qu’il fallait moderniser les institutions de la République. Son septennat fut marqué par l’abaissement de la majorité à 18 ans, le démantèlement de l’ORTF, la création d’un secrétariat d’Etat à la condition féminine, la loi Veil sur l’IVG, la reconnaissance du divorce par consentement mutuel. Giscard renforça également les droits du Parlement : la révision constitutionnelle de 1974 permit en effet à 60 députés ou 60 sénateurs de saisir le Conseil Constitutionnel, une procédure encore fréquemment employée par l’opposition aujourd’hui.

Giscard était un libéral modéré, un « social-libéral » qui voulait concilier liberté économique et protection sociale. Lors de son mandat présidentiel, il fut confronté à une crise économique de grande ampleur provoquée par les deux chocs pétroliers. Cette crise mit fin brutalement à la prospérité des « Trente Glorieuses » ; elle provoqua une explosion du chômage et de l’inflation, deux fléaux qui plombèrent le bilan économique de Giscard et contribuèrent grandement à sa défaite en 1981 contre François Mitterrand. Face à la crise, Giscard s’efforça pourtant de protéger les Français en consolidant l’Etat-Providence : il généralisa la Sécurité Sociale à toutes les catégories professionnelles et mit en place l’indemnisation des chômeurs à 90% de leur ancien salaire pendant un an. Ainsi, à défaut d’avoir pu relancer l’économie et stopper la montée du chômage, Valéry Giscard d’Estaing limita les impacts sociaux de la crise.

Giscard était aussi un Européen convaincu. Tout au long de sa carrière politique il promut la construction européenne avec une remarquable constance. Avec son partenaire allemand Helmut Schmidt, il contribua à la création du Conseil Européen ; il plaida pour l’élection du Parlement européen au suffrage universel. Il défendit l’entrée de la Grèce dans le marché commun : « on ne ferme pas la porte à Platon », aurait-il déclaré. Giscard fut aussi l’inspirateur du « Traité établissant une Constitution pour l’Europe », que les Français et les Néerlandais rejetèrent par référendum en 2005. Le Traité de Lisbonne, adopté en 2007, reprit certaines innovations contenues dans le Traité constitutionnel telles que la création d’un Haut-Représentant de l’Union pour les Affaires Etrangères.

Giscard s’en est allé. Et la famille centriste se sent un peu orpheline.

2 réactions sur “Giscard, libéral et européen

  1. Ah si les média prenaient le temps de dire et redire à la populace gauchiste, ce qui est écrit ici, peut-être que cela pourrait permettre à notre Président de poursuivre plus aisément son programme de réformes nécessaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.