L’école ne doit pas devenir un empire numérique

Connaissez-vous les TICE ? Il s’agit des « technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement ». Depuis une vingtaine d’années, les outils numériques ont envahi l’école et bouleversé les méthodes d’enseignement. La crise du coronavirus et le confinement ont accéléré cette numérisation de l’école : pour assurer la fameuse « continuité pédagogique » promue par le ministre de l’Education nationale, les professeurs ont animé des « classes virtuelles » et utilisé massivement Internet. Le confinement fut d’ailleurs une véritable aubaine pour les éditeurs de logiciels éducatifs. Mais l’école numérique n’a pas que des vertus, loin de là.

Il convient de distinguer « l’éducation au numérique » et « l’enseignement par le numérique ». Nul ne peut nier la nécessité d’éduquer les élèves au numérique. L’école doit permettre aux élèves d’acquérir une culture numérique et des compétences informatiques de base (envoyer un e-mail, utiliser un logiciel de traitement de texte et un tableur, effectuer une recherche sur Internet) ; elle doit également les sensibiliser aux enjeux du numérique, notamment à la protection des données personnelles et au problème du cyber-harcèlement. Sans remettre en question la nécessaire éducation au numérique dans les écoles, on doit toutefois s’interroger sur les bienfaits de l’enseignement par le numérique. Les outils numériques sont-ils de bons outils pour faire classe aux élèves ? Sont-ils plus efficaces que les pédagogies pré-digitales pour apprendre à lire, à compter, à mémoriser et à rédiger ? Sont-ils plus efficaces pour développer la créativité, l’autonomie et l’esprit critique des élèves ? La réponse est non : en matière de pédagogie, les TICE n’ont clairement pas fait leurs preuves.

A rebours de l’idéologie pro-numérique dominante, les travaux de recherche les plus pointus montrent que l’impact des TICE sur les performances académiques des élèves est tout à fait dérisoire par rapport aux sommes colossales investies dans la numérisation des écoles. Les TICE peuvent certes faciliter ponctuellement l’exécution de certaines tâches ou le partage de certaines ressources, mais elles ne permettent pas en elles-mêmes d’améliorer les performances scolaires des élèves. Selon certaines recherches récentes, les TICE pourraient même avoir un impact négatif sur la réussite des élèves. C’est ce que montre une enquête menée en 2015 par l’OCDE dans le cadre du programme PISA : sur dix ans, les pays de l’OCDE qui ont le moins investi dans la distribution d’ordinateurs aux élèves ont vu leurs performances académiques progresser plus rapidement que les autres pays ; à l’inverse, les pays qui ont consenti les dépenses les plus massives pour équiper leurs élèves en ordinateurs sont ceux qui ont connu la dégradation la plus sévère de leurs performances scolaires. L’étude PISA révèle aussi que les TICE ne permettent pas de combler les écarts de compétences entre élèves favorisés et défavorisés. Au contraire, l’école numérique a plutôt tendance à accentuer les inégalités car les élèves ne bénéficient pas tous du même encadrement parental ni du même accès à Internet lorsqu’ils sont à la maison.

Pourquoi les TICE sont-elles aussi peu efficaces ? Il serait facile d’incriminer les enseignants « mal formés » ou « réfractaires aux nouvelles technologies ». Ce raisonnement stalinien qui consiste à dénoncer de prétendus « saboteurs » sans jamais remettre en cause le système lui-même séduira certainement les décideurs politiques et les promoteurs du « tout numérique ». Mais la véritable explication se trouve ailleurs. Tout d’abord, les outils numériques ont un énorme pouvoir distractif qui nuit aux apprentissages : ainsi, lorsqu’on donne des tablettes aux élèves, ces derniers sont tentés d’en faire un usage récréatif. Plusieurs études expérimentales montrent aussi que la lecture sur écran est moins efficace que la lecture sur papier, car les enfants comprennent et mémorisent moins bien les contenus lus sur écran. Par ailleurs, les applications et les logiciels éducatifs sont moins efficaces qu’un enseignement traditionnel dans lequel les élèves interagissent directement avec leur professeur sans passer par l’intermédiaire des outils numériques. Notre cerveau est en effet beaucoup moins réceptif aux stimuli vidéo qu’aux interactions humaines. Ce « déficit vidéo » est particulièrement flagrant dans le cas des compétences langagières : une heure passée à communiquer avec une personne anglophone est nettement plus efficace qu’une heure passée à utiliser une application pour apprendre l’anglais. Conclusion : il vaut mieux augmenter le nombre de professeurs que le nombre d’ordinateurs dans les écoles !

Mais alors pourquoi s’obstiner à digitaliser l’enseignement si les vertus pédagogiques des TICE ne sont pas démontrées scientifiquement ? En réalité, les enjeux de la digitalisation ne sont pas tant pédagogiques que politiques. L’école numérique est en effet devenue un véritable totem pour le ministère de l’Education nationale et pour bon nombre d’élus locaux qui distribuent généreusement tablettes et PC aux élèves et aux établissements scolaires : la distribution de matériel informatique devient alors une nouvelle forme de clientélisme et permet à quelques mandarins locaux de montrer à leurs administrés qu’ils soutiennent activement l’innovation pédagogique, sans toutefois proposer de solutions aux vrais problèmes de l’école. Mais les enjeux sont également économiques, car l’Education nationale représente un marché immense pour les éditeurs de logiciels et pour les fabricants de PC et de tablettes, avec tout ce que cela peut impliquer en termes de lobbying. La numérisation de l’école permet une intrusion massive des acteurs privés dans l’Education nationale, ce qui ne semble pas susciter la moindre inquiétude au sein du ministère ni chez les syndicats enseignants. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes numériques.

Pour finir, les TICE ont un effet pervers non négligeable : elles encouragent l’addiction aux écrans. La consommation d’écrans chez les jeunes a pris des proportions alarmantes au sein des pays occidentaux : entre 8 et 12 ans, les enfants passent en moyenne 4h45 par jour devant des écrans ; entre 13 et 18 ans, c’est près de 6h45 par jour. Le temps passé devant les écrans a explosé au cours des vingt dernières années chez les jeunes, et cette augmentation s’est clairement faite au détriment du temps de sommeil et du temps consacré à d’autres activités plus structurantes. Les dangers de la surexposition aux écrans sont connus et parfaitement documentés : Michel Desmurget, docteur en neurosciences et directeur de recherches à l’Inserm, a dressé dans son livre La Fabrique du crétin digital une remarquable synthèse des publications scientifiques internationales sur le sujet. Et les données disponibles sont accablantes : les écrans altèrent les capacités intellectuelles des enfants et ont de lourds impacts sur le sommeil, la concentration, la mémorisation et le langage.

L’école ne doit pas devenir un empire numérique. Elle devrait être un espace de ressourcement pour tous nos jeunes devenus accros à leurs écrans et à leurs objets connectés. Elle devrait permettre aux enfants et aux adolescents de se libérer des écrans et de redécouvrir les bienfaits des interactions humaines et du travail sur supports papier. L’école devrait être un espace de résistance à l’idéologie du « tout numérique », pour le bien-être et pour la réussite de tous les élèves.

Faut-il détruire les vestiges de notre passé colonial?

Suite à la mort de George Floyd à Minneapolis, plusieurs statues de personnages liés à la colonisation et à l’esclavage ont été déboulonnées au Royaume-Uni, en Belgique et aux Etats-Unis. Cet iconoclasme frénétique a aussi gagné la France, où le débat sur l’héritage colonial n’est pas nouveau : deux statues de Victor Schœlcher ont été détruites en Martinique et la statue de Jean-Baptiste Colbert à l’entrée de l’Assemblée nationale a été vandalisée.

Détruire les statues de personnages impliqués dans la colonisation témoigne d’une vision superficielle, restrictive et univoque de notre passé. La statue de Colbert devant l’Assemblée nationale ne rend pas hommage à l’inspirateur du « Code Noir » mais au réformateur de génie qui a développé le grand commerce et l’industrie sous le règne de Louis XIV. Victor Schœlcher est l’auteur du texte de loi qui a définitivement aboli l’esclavage dans les colonies françaises en 1848 ; l’indemnisation des propriétaires d’esclaves, mesure attribuée à tort à Victor Schœlcher, est en fait l’œuvre de Louis-Napoléon Bonaparte en 1849. Si le général Faidherbe a droit à sa statue équestre en plein centre de Lille, et si de nombreuses rues portent son nom dans les villes du nord de la France, ce n’est pas à cause de son rôle dans la colonisation du Sénégal mais de son rôle dans la guerre contre les Prussiens en 1870-71. Vouloir détruire les statues de personnages tels que Schœlcher, Faidherbe ou Colbert témoigne donc d’une mauvaise compréhension du passé : la présence de ces statues doit être expliquée et recontextualisée.

Détruire des statues témoigne aussi d’une regrettable confusion entre mémoire et patrimoine. La mémoire désigne le souvenir – nécessairement subjectif et sélectif – qu’une communauté entretient de son propre passé. Le patrimoine désigne quant à lui l’ensemble des œuvres que nous avons reçues en héritage de nos prédécesseurs et que nous cherchons à conserver, non pour des raisons politiques ou idéologiques, mais parce que nous reconnaissons à ces œuvres une valeur intrinsèque. Les rues de nos grandes villes sont de véritables musées à ciel ouvert : elles recèlent un patrimoine artistique, monumental et architectural inestimable. Les statues de Colbert ou de Faidherbe ne sont pas une justification de la colonisation. La présence de ces statues dans l’espace public aujourd’hui ne signifie pas que l’on voue un culte à ces hommes dans la France du XXIe siècle : elle signifie simplement que ces hommes ont joué un rôle important dans l’histoire du pays.

Effacer les traces de notre passé colonialiste et esclavagiste dans l’espace public n’effacera en rien les crimes de la colonisation. Plutôt que de chercher à supprimer toutes les références au projet colonial en déboulonnant  des dizaines de statues et en renommant des milliers de rues, d’écoles et de places publiques dans tout le pays, ne faut-il pas plutôt assumer notre passé colonial, y compris dans ses aspects les plus sombres ? C’est sur le terrain du droit qu’il faut agir, et non en estropiant notre patrimoine artistique et monumental. La loi Taubira de 2001 a reconnu l’esclavage et la traite humaine comme crime contre l’humanité : il s’agit d’une avancée majeure dont peu d’anciens pays colonisateurs peuvent s’enorgueillir. Mais il faudra peut-être aller plus loin et reconnaître la colonisation elle-même comme un crime contre l’humanité : c’est l’idée qu’avait avancée Emmanuel Macron en 2017 lors d’un voyage en Algérie.

Professeurs: l’étrange procès en désertion

Pour les profs, l’état de grâce n’aura pas survécu bien longtemps au déconfinement. Il y a quelques semaines encore, on louait le dévouement et l’ingéniosité de ces fonctionnaires qui faisaient tout leur possible pour assurer la « continuité pédagogique » promue par le ministre de l’Education Nationale. Désormais, on blâme les enseignants « décrocheurs » qui ont abandonné leurs élèves en rase campagne pour prendre des vacances anticipées. « Décrocheurs », le mot est d’autant plus condescendant qu’il est ordinairement appliqué à des élèves…

Quelques rédactions, dont celle de France 2, ont en effet rendu publics des chiffres préoccupants sur l’absentéisme des enseignants : il semblerait que près de 4% de l’ensemble des professeurs du primaire et du secondaire aient disparu des écrans radars depuis le début du confinement. Il n’en fallait pas plus pour réactiver tous les bons vieux clichés sur les enseignants-fainéants-toujours-en-vacances-payés-à-rien-faire. Il n’en fallait pas plus pour que le bienveillant ministre Blanquer menace de sanctions les « brebis galeuses ».

Entendons-nous bien : il n’est pas question de nier les faits. Pas question non plus de prendre la défense des « tire-au-flanc ». Il semble normal de sanctionner les enseignants peu scrupuleux qui ont cessé toute activité sans raison valable. Mais cet étrange procès en désertion appelle tout de même quelques remarques. Premièrement, il faudrait savoir précisément quelles réalités humaines se cachent derrière ce chiffre de 4% que l’on jette en pâture au public. Parmi ces 4%, n’y a-t-il que des tire-au-flanc ? Y a-t-il aussi des enseignants qui ont été contraints d’interrompre leur activité, soit pour des raisons de santé, soit pour s’occuper de leurs enfants ou de leurs proches plus âgés ?

Deuxièmement, focaliser le débat sur les « décrocheurs » sans faire mention de l’immense majorité des enseignants qui sont restés mobilisés pendant le confinement, c’est un peu malhonnête. Et un peu démagogique aussi (car le prof-bashing est toujours très vendeur). De même que la plupart des policiers ne sont pas de grosses brutes racistes, la plupart des enseignants ne sont pas des feignasses invétérées : ce sont des fonctionnaires consciencieux qui font leur travail et qui souhaitent vraiment la réussite de leurs élèves.

Troisièmement, le manque de considération du ministre envers les enseignants a quelque chose de particulièrement irritant quand on sait dans quelles conditions les profs ont dû travailler pendant le confinement. Du jour au lendemain, ils se sont retrouvés livrés à eux-mêmes, sous les injonctions erratiques et parfois contradictoires de leur hiérarchie. Ils ont dû garder contact avec les élèves et les familles, et improviser un enseignement à distance en utilisant leurs outils informatiques personnels (non fournis par l’Education Nationale) et en gérant les caprices de plateformes souvent défaillantes et saturées.

Face au choc du confinement, c’est le ministère qui n’a rien anticipé du tout. Et ce sont les professeurs qui ont mis les mains dans le cambouis numérique pour assurer la fameuse « continuité pédagogique » et pour pallier tous les manquements du ministère. Devant les attaques dont ils sont la cibles dans certains médias, les professeurs auraient sans doute mérité un peu de soutien de la part de leur ministre de tutelle : au lieu de cela, M. Blanquer a enfoncé le clou.

Le métier de professeur nourrit encore bien des fantasmes et des incompréhensions dans l’opinion publique. On ne pourra pas dissiper tous les préjugés des Français sur ce métier qu’ils connaissent mal. Mais au moins peut-on éviter les caricatures et les amalgames grossiers. Les professeurs ne veulent pas être considérés comme des héros : ce qu’ils réclament, c’est simplement un peu de reconnaissance et de considération. Est-ce tant demander ?