Les trois miracles de Notre-Dame de Paris

L’incendie qui a défiguré Notre-Dame de Paris le 15 avril est une catastrophe nationale et mondiale. Mes pensées vont d’abord à tous les catholiques endeuillés par ce drame survenu en pleine Semaine Sainte. Mais cette catastrophe dépasse largement la communauté catholique, car Notre-Dame de Paris occupe une place tout à fait singulière dans l’imaginaire collectif et dans le patrimoine historique mondial. Joyau de l’art gothique, Notre-Dame est le monument le plus visité d’Europe et l’église la plus célèbre au monde. Comme des millions d’autres personnes, j’ai assisté, impuissant, à l’embrasement de la cathédrale. J’ai observé avec stupeur les images cauchemardesques de ce feu insatiable qui dévorait la toiture et la flèche de Notre-Dame.

Mais nous avons aussi été les témoins de trois miracles. Le premier miracle est le bilan humain de cette catastrophe : aucune victime n’est à déplorer, ni parmi les pompiers, ni parmi les ouvriers, ni parmi les visiteurs de la cathédrale, ni parmi les riverains. Le deuxième miracle est le fait que les flammes aient épargné la structure, le grand orgue et les trésors de Notre-Dame. Certes, la destruction d’une charpente vieille de 800 ans est une perte inestimable, mais nous avons échappé au pire. La cathédrale est défigurée, mais pas détruite. Il convient ici de saluer le travail et le courage remarquables des sapeurs pompiers de Paris qui ont combattu les flammes toute une nuit, au péril de leur vie. Le troisième miracle est celui de l’espérance : il réside dans l’immense émotion collective et dans l’extraordinaire élan de générosité qui se sont manifestés après la catastrophe ; des promesses de dons venues du monde entier ont permis d’atteindre en deux jours seulement la somme inespérée d’un milliard d’euros.

Les dons colossaux annoncés par quelques grandes fortunes telles que Pinault ou la famille Bettencourt ont suscité une vive polémique : on reproche aux grands mécènes leur générosité « sélective » et leur opportunisme ; on les accuse de profiter des circonstances pour s’offrir une réputation de bienfaiteurs et faire oublier les soupçons de fraude fiscale dont ils sont l’objet. Je trouve ces polémiques déplacées. Dénigrer ces grandes fortunes lorsqu’elles font preuve de générosité, cela n’a pas de sens. Rien ne les oblige à faire de tels dons, et ces dons ne leur apportent aucun profit. Les familles Pinault, Arnault et Bettencourt ont d’ailleurs annoncé qu’elles renonçaient à défiscaliser leurs dons. Mais surtout, cette polémique est indigne du drame que nous venons de vivre. Elle vient troubler le recueillement et la solennité que l’on est en droit d’exiger dans de telles circonstances. L’incendie de Notre-Dame a provoqué chez des millions de personnes une grande tristesse qui s’apparente à une forme de deuil, et il faut respecter ce deuil.

Bientôt commencera le temps de la reconstruction. Peu importe que le chantier dure 5, 10 ou 20 ans ; ce chantier sera historique. Il mobilisera les plus grands talents et fera de nous des bâtisseurs de cathédrale. Il nous permettra d’écrire une nouvelle page dans l’histoire de Notre-Dame de Paris, comme l’avait fait Viollet-le-Duc au milieu du XIXe siècle. Pâques, fête de la résurrection chez les chrétiens, marquera aussi la renaissance de Notre-Dame de Paris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.