L’ahurissante privatisation d’ADP

Par 27 voix contre 15, l’Assemblée nationale vient de voter la privatisation du groupe Aéroports de Paris, le 16 mars à 6 heures du matin. Nous sommes donc sur le point de privatiser intégralement une infrastructure à la fois stratégique et rentable : ADP est une véritable poule aux œufs d’or qui rapporte chaque année entre 100 et 200 millions d’euros de dividendes à l’Etat. Selon Bruno Le Maire, la privatisation d’ADP a pour objectifs d’accélérer le désendettement de l’Etat et de constituer un grand fonds public pour l’innovation. Des objectifs louables, certes, mais qui ne justifient pas la cession d’une entreprise aussi importante qu’ADP. La privatisation ne doit pas être une simple opération comptable : on ne privatise pas pour renflouer les caisses de l’Etat ni pour dégager des liquidités. On privatise quand on a la certitude qu’une gestion privée sera plus efficace qu’une gestion publique. Or, dans le cas d’ADP, la gestion publique semble avoir fait la preuve de son efficacité.

Plus globalement, le gouvernement souhaite redéfinir le rôle de l’Etat dans l’économie : Bruno Le Maire a déclaré que l’Etat n’avait « pas vocation à diriger les entreprises concurrentielles à la place d’actionnaires ». L’Etat français détient près de 90 milliards d’euros d’actions dans des entreprises industrielles et commerciales du secteur concurrentiel : il est l’actionnaire majoritaire d’EDF, de la Poste, d’ADP et de la Française des Jeux, mais il détient aussi d’importantes parts dans le capital d’entreprises telles que Thalès, Engie, Orange, Aréva, Renault ou Air France KLM. Ces participations permettent à l’Etat d’accompagner le développement de grandes entreprises françaises considérées comme stratégiques pour le pays, mais elles représentent aussi une rente importante pour l’Etat. Emmanuel Macron lui-même, lorsqu’il était à Bercy, fut un grand défenseur de l’Etat actionnaire et monta au capital de Renault. La remise en cause de l’Etat actionnaire constitue donc un véritable changement de paradigme qui aurait sous doute mérité un peu plus qu’un article de loi voté par une poignée de députés à 6 heures du matin.

La privatisation d’ADP n’était pas une « nécessité », contrairement à ce qu’affirme le ministre de l’Economie. C’est un choix idéologique. Et un joli cadeau à quelques gros investisseurs dont les liens avec le pouvoir ne font plus aucun doute.

La tribune d’Emmanuel Macron sur l’Europe

Emmanuel Macron a publié le 4 mars une tribune en faveur de l’Europe, intitulée « Pour une Renaissance européenne ». Le président de la République y définit trois axes prioritaires pour une relance du projet européen : la liberté, la protection et le progrès.

Dans le premier axe, appelé « la liberté », Emmanuel Macron rappelle la nécessité de protéger la démocratie et les libertés fondamentales, qui sont consubstantielles au projet européen lui-même. Il propose notamment d’interdire le financement des partis politiques européens par des puissances étrangères et de créer une « Agence de protection des démocraties » chargée d’aider les Etats à protéger leurs élections internes contre les cyber-attaques et les tentatives de manipulation.

Dans le deuxième axe, consacré à « la protection », Emmanuel Macron réaffirme sa volonté de bâtir une véritable Europe de la défense par le biais d’un « Traité européen de défense et de sécurité » définissant les obligations mutuelles des Etats-membres en matière de défense et les relations de l’UE avec l’OTAN ; il propose aussi la création d’un « Conseil européen de défense » auquel le Royaume-Uni resterait associé même en cas de sortie de l’UE. Emmanuel Macron souhaite une « remise à plat de Schengen », la mise en place d’une véritable politique d’asile commune et d’une police européenne des frontières. La protection des Européens doit aussi passer par une lutte contre la concurrence déloyale et par l’instauration d’une clause de « préférence européenne » pour les marchés publics et les industries les plus stratégiques.

Dans le troisième axe, appelé « le progrès », Emmanuel Macron plaide pour une Europe sociale qui passerait, notamment, par la mise en place d’un salaire minimum européen adapté à la situation de chaque pays et renégocié collectivement chaque année. Le président souhaite que l’Union européenne soit exemplaire sur le plan écologique en se donnant des objectifs ambitieux : zéro carbone en 2050, et division par deux de la consommation de pesticides d’ici 2025. Il évoque la création d’une « Banque européenne du climat » chargée de financer la transition énergétique. Cette Europe du progrès doit aussi passer par une régulation plus efficace d’Internet et du secteur numérique, un soutien massif à l’innovation et une politique ambitieuse d’aide au développement de l’Afrique.

Pour mettre en œuvre ces différents changements, Emmanuel Macron propose de réunir une « Conférence pour l’Europe » afin de définir une « feuille de route pour l’Union européenne » et de « proposer tous les changements nécessaires, sans tabou, pas même la révision des traités ». Cette conférence devra « associer des panels de citoyens, auditionner des universitaires, les partenaires sociaux, des représentants religieux et spirituels ». Pour surmonter les blocages et les clivages de l’Union européenne actuelle, Emmanuel Macron rappelle qu’il est favorable à une « Europe à deux vitesses » dans laquelle certains Etats pourraient approfondir l’Europe ensemble, sans attendre que tous les Etats membres y soient favorables.

Emmanuel Macron propose peu de mesures concrètes pour redonner du souffle à l’Europe. On peut aussi déplorer l’absence de propositions dans des domaines tels que la régulation financière et la lutte contre l’évasion fiscale, alors que l’opinion publique attend des signaux forts sur ces questions. Mais les grandes orientations que le président a dessinées sont les bonnes : une Europe politique, une Europe de la défense, une Europe sociale, une Europe leader en matière de transition écologique et un véritable patriotisme économique européen. En résumé, une Europe au service des Européens. Par cette tribune, le président réaffirme l’engagement européen qu’il avait mis en avant lors de sa campagne électorale en 2017 puis lors de son fameux discours de la Sorbonne. Il faut à présent que les forces politiques de la majorité se réapproprient les ambitions présidentielles et qu’elles élaborent, en vue des élections européennes de mai 2019, un programme clair et ambitieux, à la hauteur des défis à relever. Il faut aussi que les autres forces politiques pro-européennes prennent clairement position sur le projet d’Emmanuel Macron : je pense notamment à LR, au PS, à l’UDI, aux Radicaux et aux Verts.

Il n’y a que trois choix possibles face à la crise de légitimité que traverse aujourd’hui le projet européen : soit nous sauvons l’Europe, soit nous la détruisons, soit nous maintenons le statu quo. Détruire l’Europe serait irresponsable, mais ne rien faire le serait tout autant.

Faut-il privatiser Aéroports de Paris ?

Bruno Le Maire.

Je ne suis pas opposé par principe aux privatisations. Mais je dois avouer que je ne comprends toujours pas les raisons pour lesquelles le gouvernement a décidé de privatiser intégralement la société ADP (Aéroports de Paris), qui gère Roissy Charles-de-Gaulle, Orly et le Bourget. D’ailleurs, j’ai l’impression que le gouvernement lui-même a du mal à justifier cette privatisation : Bruno Le Maire parle d’une « nécessité » mais ses arguments peinent à convaincre.

Certes, la gestion des aéroports ne constitue pas à proprement parler une mission de service public. Le contrôle des frontières et la régulation du trafic aérien seront toujours assurés par l’Etat : ADP n’assure que la gestion des infrastructures et l’exploitation commerciale des aéroports. En outre, la privatisation d’ADP sera fortement encadrée. Les intérêts de l’Etat seront protégés par un cahier des charges particulièrement strict : le futur concessionnaire ne pourra pas céder le moindre centimètre carré de terrain sans autorisation administrative ; en outre, le niveau d’investissement et le montant des redevances aéroportuaires seront redéfinis tous les cinq ans avec l’Etat dans le cadre d’un contrat de régulation. Le problème, c’est qu’en privatisant ADP, l’Etat vend la poule aux œufs d’or. Durant les dix dernières années, le chiffre d’affaires de la société s’est fortement accru et la valeur de l’action a explosé : ADP rapporte chaque année entre 100 et 200 millions d’euros de dividendes à l’Etat. Est-il judicieux de privatiser une société aussi performante et aussi rentable ?

Le gouvernement avance trois arguments pour justifier la cession des parts de l’Etat dans le capital d’ADP. Premièrement, cette privatisation doit permettre à l’Etat de constituer un grand fonds pour l’innovation ; ce fonds soutiendra notamment la recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle. Certes, la puissance publique doit soutenir massivement l’innovation ; elle doit développer les secteurs qui représentent l’avenir et qui permettront à la France de rester compétitive. Mais cela justifie-t-il que l’Etat vende ses bijoux de famille ? On peut trouver l’argent autrement qu’en privatisant une infrastructure à la fois stratégique et rentable.

Deuxièmement, la privatisation d’ADP doit permettre d’accélérer le désendettement de l’Etat. Il est effectivement nécessaire de réduire notre dette publique, qui atteint aujourd’hui la somme astronomique de 2.300 milliards d’euros (soit l’équivalent d’une année de PIB) ; le paiement des intérêts de la dette représente à lui seul près de 10% du budget annuel de l’Etat. Cette situation est tout simplement insoutenable. Il faut désendetter l’Etat, oui, mais en réduisant la dépense publique, et non en privatisant une société aussi rentable qu’ADP. La privatisation ne doit pas être une simple opération comptable : on ne privatise pas pour renflouer les caisses de l’Etat. On privatise quand on a la certitude qu’une gestion privée sera plus efficace qu’une gestion publique. Or, dans le cas d’ADP, la gestion publique semble avoir fait la preuve de son efficacité.

Le troisième argument est idéologique : Bruno Le Maire a justifié la privatisation d’ADP en affirmant que l’Etat n’avait « pas vocation à diriger les entreprises concurrentielles à la place d’actionnaires ». Le gouvernement souhaite en effet redéfinir le rôle de l’Etat dans l’économie : il remet en cause l’idée d’un Etat actionnaire et privilégie l’idée d’un Etat stratège, plus compatible avec la doxa libérale. Il s’agit là d’une vraie rupture. L’Etat français détient près de 90 milliards d’euros d’actions dans des entreprises industrielles et commerciales du secteur concurrentiel : il est l’actionnaire majoritaire d’EDF, de la Poste, d’ADP et de la Française des Jeux, mais il détient aussi d’importantes parts dans le capital de Thalès, Engie, Safran, Orange, Aréva, Renault, PSA et Air France KLM. Le but de ces participations est d’accompagner le développement de grandes entreprises françaises considérées comme stratégiques pour le pays. Mais ces participations représentent également une rente pour l’Etat, ce qui explique sans doute pourquoi aucun gouvernement n’a jamais voulu en finir une bonne fois pour toutes avec l’Etat actionnaire. Emmanuel Macron lui-même, lorsqu’il était à Bercy, fut un défenseur de l’Etat actionnaire et monta au capital de Renault.

Une privatisation dont les seules justifications sont d’ordre comptable et idéologique est-elle une « nécessité », comme le prétend Bruno Le Maire ? A mon humble avis, non.