1918, la mémoire et l’histoire

Ossuaire de Douaumont.

A travers le centenaire de l’armistice, que commémore-t-on ? La paix ou la victoire ? Aujourd’hui, la mémoire officielle met surtout en avant la paix. En effet, même si les combats se poursuivent après 1918 sur le front Est et au Moyen-Orient, l’armistice du 11 novembre marque la fin de quatre années de boucheries sur le front Ouest. En 1918, la fin des combats est accueillie avec un immense soulagement par l’opinion publique française : au lendemain du conflit, le pacifisme triomphe. Partout la guerre est dénoncée comme une folie : « Plus jamais ça », répète-t-on alors. La paix ouvre également la voie vers une réconciliation franco-allemande, dont le Français Aristide Briand et l’Allemand Gustav Stresemann vont devenir les précieux artisans. De ces espoirs de paix vont aussi naître les germes du projet européen, l’idée d’une justice pénale internationale pour juger les crimes de guerre et celle d’un arbitrage multilatéral des conflits, incarnée par la Société des Nations.

Mais pour les Français de 1918, l’armistice est également synonyme de victoire. Bon nombre de monuments aux morts glorifient le sacrifice des soldats, mettent en avant des messages patriotiques et sont ornés d’allégories de la Victoire. La victoire française est importante sur le plan historique, parce que c’est l’Allemagne qui a attaqué la France en 1914, et parce que la France a subi quatre longues années d’occupation dans le nord et l’est du pays. Cette victoire est importante aussi parce qu’elle vient effacer l’humiliation de 1870-71 et permet à la France de récupérer l’Alsace et la Moselle, les fameuses « provinces perdues ». Enfin, cette victoire a consolidé la légitimité du régime républicain : il ne faut pas oublier qu’avant 1914, la République était encore combattue par les ligues d’extrême droite et par une partie de l’Eglise catholique. Plus globalement, la victoire de 1918 apparaît comme une victoire des nations démocratiques (Angleterre, France, Etats-Unis) sur les Empires autoritaires (Allemagne, Empire austro-hongrois, Empire ottoman).

Dans cette perspective, il n’est pas absurde de rappeler le rôle important joué par les quelques généraux français qui ont contribué à la victoire de 1918 comme Foch, Lyautey, Maunoury et, n’ayons pas peur de le dire, Pétain. Philippe Pétain, qui n’était pas considéré comme un grand général avant la Première Guerre mondiale, est devenu un héros national en résistant à l’offensive allemande sur Verdun en 1916. Certes, il a fait fusiller quelques mutins pour mettre un terme à la vague de mutineries de 1917, mais il a aussi amélioré les conditions de vie des Poilus sur le front. Contrairement à certains généraux qui, tels Nivelle, étaient détestés en raison de leur incompétence, Pétain était admiré des soldats français de la Première Guerre mondiale et jouissait, en outre, d’une immense popularité dans la société civile à la fin du conflit. Dire cela, ce n’est pas faire œuvre militante, ce n’est pas chercher à réhabiliter Pétain, ce n’est pas faire du Zemmour ni du Le Pen. C’est simplement rappeler des faits historiques.

Quand Emmanuel Macron choisit de citer le nom de Pétain parmi les généraux français qui ont permis la victoire de 1918, il a raison d’un point de vue historique. Mais d’un point de vue moral, la déclaration du président est dérangeante, car Pétain, c’est aussi Vichy, la « révolution nationale », le Statut des juifs et la collaboration avec l’Allemagne nazie. Pétain, le héros de Verdun, fut frappé d’indignité à la Libération, privé de tous ses titres et condamné à la peine capitale pour intelligence avec l’ennemi (peine ensuite commuée en prison à perpétuité). Pétain nourrit encore aujourd’hui un sentiment de honte nationale, il incarne les heures les plus sombres de l’histoire contemporaine de la France. C’est pourquoi la mémoire officielle a toujours banni Pétain de toutes les cérémonies et de tous les hommages. Et quand François Mitterrand se rendait à l’Île d’Yeu pour se recueillir sur la tombe de Pétain, il le faisait à titre personnel, dans la plus grande discrétion.

La mémoire n’est pas l’histoire. L’histoire est la connaissance des faits passés, dans toute leur complexité ; la mémoire est le souvenir, nécessairement subjectif et sélectif, qu’une société entretient de son propre passé, en fonction des exigences morales et des attentes politiques du présent. L’allusion à Pétain dans le discours de Macron était historiquement justifiée, mais c’était une faute morale au regard de tout ce que représente le fondateur du régime de Vichy. Le plus regrettable, dans la polémique provoquée par les mots du président de la République, c’est qu’elle vient troubler l’atmosphère consensuelle et apaisée qui règne autour des commémorations du centenaire de la Grande Guerre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.