Faut-il bloquer les routes le 17 novembre?

Les automobilistes sont appelés à bloquer les routes samedi 17 novembre pour protester contre la hausse des prix du carburant : ce mouvement rencontre un large soutien dans l’opinion publique et pourrait bien paralyser le pays pendant toute une journée ; une pétition réclamant la baisse du prix des carburants a d’ailleurs reçu plus de 500.000 signatures. Même si la colère des Français face à la flambée des prix à la pompe est tout à fait légitime dans un contexte de stagnation du pouvoir d’achat, on peut s’interroger sur cette mobilisation qui n’est pas sans ambiguïtés.

C’est d’abord la nature même du mouvement qui pose problème : s’agit-il d’une grande mobilisation populaire contre la vie chère ou d’un simple mouvement antifiscal ? Les mots d’ordre des organisateurs expriment surtout un ras-le-bol fiscal et ne s’articulent à aucune revendication plus globale relative au pouvoir d’achat. Ce ras-le-bol fiscal se cantonne d’ailleurs à la seule question des prix à la pompe, comme si le prix du carburant était devenu, à l’instar du prix du pain autrefois, un catalyseur des mécontentements et des révoltes populaires.

Les automobilistes qui souhaitent participer au blocage du 17 novembre pourraient bien devenir, malgré eux, les idiots utiles du lobby du transport routier. Car le mouvement du 17 novembre a été soutenu activement par les patrons du secteur routier, qui réclament depuis longtemps une baisse de la taxation des carburants et n’ont aucun intérêt à soutenir la transition vers des transports plus durables. Il n’est pas étonnant que l’auteur de l’appel au blocage du 17 novembre, Eric Drouet, soit un chauffeur routier : ce dernier a d’ailleurs déclaré que son combat portait uniquement sur le prix du carburant et qu’il n’était pas question d’élargir les revendications.

En raison de sa dimension antifiscale et de ses relents vaguement poujadistes, le mouvement du 17 novembre séduit aussi l’extrême droite : il n’est pas anodin que des personnalités comme Marine Le Pen, Wallerand de Saint-Just, Nicolas Dupont-Aignan et Carl Lang aient pris publiquement position en faveur du blocage, dans lequel ils voient une « révolte du peuple français ». De la part de l’extrême droite, il s’agit surtout de récupérer ce mouvement et de mobiliser les électeurs contre Macron en vue des prochaines élections européennes.

On notera également la posture attentiste des grandes centrales syndicales, qui ne soutiennent pas vraiment la mobilisation du 17 novembre mais ne le condamnent pas non plus : la CGT critique le caractère « gazeux » du mouvement mais se garde bien de prendre position sur la politique fiscale du gouvernement, préférant mettre l’accent sur la question des salaires. Autre silence remarquable : celui des écologistes. Ces derniers ne peuvent décemment pas cautionner un mouvement dirigé contre la politique fiscale du gouvernement alors qu’eux-mêmes défendent depuis longtemps l’idée d’une fiscalité écologique surtaxant les énergies fossiles.

Outre la nature du mouvement, c’est aussi le moyen d’action qui pose problème : bloquer intentionnellement les routes, les péages, les stations-service n’est pas d’un grand civisme et constitue, de surcroît, un acte illégal. Beaucoup de Français n’hésitent pas à parler de « prise d’otages » quand des cheminots se mettent en grève, quand des ouvriers bloquent des raffineries ou quand des poids lourds mettent en place des barrages routiers : les mêmes Français, un peu schizophrènes, trouvent parfaitement légitime de paralyser le pays pendant toute une journée lorsqu’ils estiment être victimes d’un « matraquage fiscal ». On concèdera toutefois que ce blocage a été organisé un samedi, pour pénaliser le moins possible les travailleurs, et qu’il a été annoncé longtemps à l’avance afin de ne pas prendre les automobilistes au dépourvu : il y a donc un peu de bon sens dans cette initiative.

Toujours à propos des méthodes, que faut-il penser de la campagne de désinformation déployée sur les réseaux sociaux par certains promoteurs du blocage pour inciter les Français à y participer ? On pense par exemple à cette photographie montrant des milliers de voitures immobilisées sur une autoroute avec une légende fantaisiste évoquant la « révolte des automobilistes allemands » : dommage pour ceux qui ont cru à ce canular grossier, car la photographie en question n’a pas été prise en Allemagne mais en Chine, lors d’un spectaculaire embouteillage ; les automobilistes allemands, eux, n’ont jamais organisé de blocage pour protester contre le prix du carburant. Plus c’est gros, plus ça passe.

Tout automobiliste que je suis, je n’irai pas bloquer les routes le 17 novembre. J’ai mieux à faire. La hausse des prix à la pompe n’est pas uniquement liée à l’augmentation des taxes : les dernières augmentations résultent d’une nouvelle flambée des cours du pétrole sur le marché mondial, et le gouvernement n’y peut pas grand-chose. Il est vrai aussi que la taxation du carburant a fortement augmenté en 2018, mais cette hausse s’inscrit dans une politique plus globale et tout à fait cohérente visant à augmenter graduellement la taxation des énergies fossiles pour financer la transition énergétique. Il s’agit d’un tournant historique, et d’une nécessité écologique. Qu’on le veuille ou non, il faut sortir du tout-pétrole et basculer massivement vers des mobilités moins polluantes. Ce processus doit malheureusement passer par des mesures impopulaires et contraignantes.

Le vrai problème, ce n’est pas le prix du carburant, c’est le carburant lui-même. Et le vrai scandale, c’est le manque d’alternatives. Dans les grandes villes, l’offre de transports en commun ne répond pas toujours aux besoins des habitants. Dans les villes moyennes et les zones rurales, beaucoup de Français ne peuvent pas se passer de leur voiture au quotidien ; or, le montant des « primes à la conversion » est trop faible pour inciter les ménages à se tourner vers une motorisation électrique ou hybride. C’est sur ces questions-là que devraient porter les revendications, et non sur les prix à la pompe. Face à l’urgence climatique, la mobilisation du 17 novembre a quelque chose d’anachronique : la baisse du prix du carburant est une revendication non seulement démagogique, mais contraire au sens même de l’histoire.

Une réaction sur “Faut-il bloquer les routes le 17 novembre?

  1. Quel que soit la raison et les soit disant raisons démontées par les soit disant politologues, philosophes de tout poils et surtout socialiste convaincus de bloquer toute opposition venant de la base, même si toutes ces revendications sont appuyées par les opposants au pouvoir, la population dans son ensemble en a raz le bol de se serrer la ceinture et de voir l’argent dépensée à outrance pour des causes loin des besoins du Français moyen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.