Ce ne sont pas les prénoms qui font la nation

Eric Zemmour et Hapsatou Sy.

La vidéo dans laquelle Eric Zemmour dit à la chroniqueuse Hapsatou Sy que son prénom est « une insulte à la France » a fait le tour des réseaux sociaux et a provoqué une avalanche de réactions outrées. D’aucuns voudraient même que le sulfureux polémiste soit privé d’antenne. A mon humble avis, les propos de Zemmour ne méritaient pas toute la publicité qui leur a été faite : ce « buzz » médiatique autour de quelques mots lâchés sur un plateau de télévision puis coupés au montage offrent une publicité inespérée à Zemmour et à son dernier livre, Destin français. On en vient même à se demander si les propos d’Eric Zemmour n’étaient pas une sorte de dérapage contrôlé destiné à doper les ventes d’un livre qui fait la part belle aux obsessions identitaires de son auteur.

On a le droit de penser, comme Zemmour, que tout était mieux avant. On a le droit de regretter l’époque où tous les Français portaient des prénoms bien français issus du calendrier catholique. Mais ce temps-là est révolu. Depuis 1993, la loi française reconnaît aux parents la liberté de choisir le prénom de leurs enfants : l’officier d’état-civil ne peut plus refuser un prénom au motif que celui-ci est d’origine étrangère. En réalité, le libre choix du prénom existait bien avant la réforme de 1993, qui n’a fait qu’inscrire dans le Code civil un principe déjà reconnu par la jurisprudence. Cette réforme a néanmoins permis un important renouvellement ainsi qu’une diversification des prénoms portés par les Français : dans les années 90, les prénoms d’origine anglo-saxonne avaient le vent en poupe ; de nos jours, ce sont les prénoms italiens comme Enzo, Matteo ou Giulia qui sont à la mode.

Être français n’est pas une affaire de prénom. Comme le disait le philosophe Ernest Renan au XIXe siècle, la nation est un plébiscite permanent, une volonté constamment renouvelée de vivre ensemble. Ce ne sont pas les prénoms qui font la nation : il existe d’autres façons d’exprimer son amour de la France. Peu importe que l’on appelle ses enfants Matthieu, Enzo, Kévin, Farida, Giulia ou Hapsatou, pourvu que l’on « se sente » Français et que l’on adhère aux valeurs de la République. Monsieur Zemmour lui-même porte un prénom qui n’est pas d’origine française, mais il ne semble pas en tenir rigueur à ses parents. Eric est un prénom viking : s’il se trouve dans le calendrier catholique, c’est parce qu’au XIIe siècle un viking nommé Erik évangélisa la Suède. La popularité du prénom Eric en France est d’ailleurs très récente : ce prénom était peu donné dans notre pays avant les années 1960. N’en déplaise à Eric Zemmour, des prénoms d’origine africaine tels que Hawa ou Hapsatou font désormais partie de l’histoire de la France. De son histoire récente, certes, mais de son histoire quand même.

Eric Zemmour reproche aux populations issues des dernières vagues d’immigration de ne pas avoir francisé le prénom de leurs enfants comme l’avaient fait les immigrés italiens ou polonais quelques décennies plus tôt. Mais les Italiens et les Polonais, qui sont catholiques, partagent avec la France un même calendrier, avec les mêmes saints dont le prénom est généralement facile à traduire en français ; ce n’est pas le cas des populations venues du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne. Eric Zemmour défend une vision assimilationniste de la nation : il estime que, pour être français, un immigré doit renoncer totalement à sa culture d’origine et vivre comme s’il avait toujours été français. Mais cette assimilation-là est une chimère, un mythe hérité de l’ère coloniale, un vestige de cette époque où la République voulait « franciser » les élites indigènes pour consolider sa domination. Lorsqu’il est érigé en dogme, lorsqu’il devient une arme contre la diversité culturelle, le concept d’assimilation participe d’une vision archaïque et fermée de la nation, vision à laquelle je ne peux adhérer en tant que libéral et en tant que républicain.

Cela dit, je crois que dans une démocratie digne de ce nom, un individu comme Eric Zemmour a le droit de penser ce qu’il pense et de défendre son point de vue sur les plateaux télévisés, dès lors qu’il respecte la loi. Les propos de Zemmour étaient-ils racistes ? Non, car ils auraient pu s’appliquer à tout prénom d’origine étrangère, et non uniquement aux prénoms africains. Zemmour s’est-il rendu coupable d’injure publique à l’encontre de Hapsatou Sy ? Je n’en sais rien. Si la jeune femme porte plainte, la justice tranchera. Mais cessons de vouloir ostraciser tous ceux qui ne sont pas dans le politiquement correct et dont les idées nous heurtent. Et n’oublions pas que si Eric Zemmour vend des livres, c’est parce que de nombreux Français se reconnaissent dans les thèses qu’il défend.

Publicités

2 réactions sur “Ce ne sont pas les prénoms qui font la nation

  1. La culture d’origine et l’assimilation sont effectivement des sujets de discussions . Je n’approuve pas Eric Zemmour au sujet des prénoms, a titre personnel, je suis plus sensible aux vêtements . Importer et conserver sa propre culture mène à ce que la France refuse, le communautarisme .Le Royaume uni a fait le choix du communautarisme, nous avons fait le choix de l’intégration, de l’assimilation culturelle. Ensuite, il faut laisser le temps au temps pour le résultat souhaité . Cependant , il ne faudrait pas que la religion , elle, soit un frein à l’assimilation .

    • L’assimilation est un processus qui prend du temps et se fait souvent sur plusieurs générations. On ne peut pas exiger des nouveaux arrivants qu’ils renoncent, du jour au lendemain, à leur culture, à tout ce qu’ils étaient auparavant. Etre français n’est pas affaire de prénom.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.