Universités: la sélection est-elle un piège à cons?

Manifestation étudiante à Lille en avril 2018.

La loi ORE (Orientation et Réussite des Etudiants) a rouvert un vieux débat sur la question très sensible de la sélection à l’entrée des universités. Même si le gouvernement refuse d’employer le mot, cette réforme autorise bel et bien une forme de sélection. Mais la vague de colère provoquée par la loi ORE et le blocage d’une dizaine d’universités pendant plusieurs semaines semblent disproportionnés par rapport aux enjeux réels du texte, car la sélection reste très limitée et très encadrée.

Dans les licences ayant une capacité d’accueil suffisante par rapport aux demandes d’inscription, il n’y aura pas de sélection : les universités pourront simplement fixer des conditions particulières à l’entrée des élèves les plus fragiles, comme par exemple une remise à niveau. Dans les licences dites « en tension », comme STAPS ou psychologie, la sélection existait déjà auparavant : la réforme ne fait que remplacer l’injustice des tirages au sort par une sélection sur dossier, beaucoup plus équitable. En d’autres termes, la loi ORE n’instaure pas de sélection généralisée mais donne aux universités un droit de regard sur le niveau et le profil des étudiants qu’elles recrutent.

Si le mot sélection déchaîne autant de passions dans notre pays, c’est parce qu’il entre en contradiction avec un certain idéal démocratique selon lequel l’Université devrait être un lieu accessible à tous. L’article L612-3 du Code de l’Education stipule d’ailleurs que le premier cycle universitaire est « ouvert à tous les titulaires du baccalauréat ». Autrefois, la question de la sélection à l’université ne se posait pas car le bac opérait déjà une forme de pré-sélection. Mais de nos jours, avec un taux de réussite avoisinant les 80%, le bac a perdu sa fonction de sélection et ne sert plus qu’à valider un certain nombre de compétences acquises au lycée. Qu’on le veuille ou non, tous les bacheliers n’ont pas les capacités requises pour réussir des études universitaires.

Les chiffres donnent le vertige. Le taux d’échec en première année de licence est de l’ordre de 60%. Et près de 30% des étudiants inscrits en L1 sortent du système universitaire dès la première année, sans aucun diplôme. Or, beaucoup d’entre eux vivent dans des conditions précaires et doivent travailler pour payer leur loyer. Un tel gâchis n’est pas acceptable. Il est immoral d’envoyer chaque année des dizaines de milliers d’étudiants dans des filières où ils n’ont aucune chance de réussir. Le système actuel, démocratique en apparence, est en réalité profondément injuste car il perpétue le fossé entre, d’une part, des établissements élitistes pratiquant depuis longtemps la sélection et, d’autre part, des universités incapables de faire réussir les cohortes d’étudiants qu’elles doivent accueillir chaque année.

A petite dose, la sélection à l’université n’est pas forcément mauvaise : elle peut améliorer les conditions de travail des étudiants, tirer vers le haut la qualité de l’enseignement et, par là-même, contribuer à la revalorisation des diplômes universitaires. Mais surtout, introduire une dose de sélection à l’entrée des universités permettra de lutter contre le scandale de la sélection par l’échec. Cela fait des années que les présidents d’université réclament la sélection ; cela fait des années que les enseignants se plaignent du niveau désastreux de leurs étudiants de première année. La sélection à l’université n’est pas un « piège à cons », comme se plaisent à le dire certains adversaires de la loi ORE. Le vrai « piège à cons », c’est la grande illusion sur laquelle repose notre système universitaire et qui consiste à faire croire aux bacheliers qu’ils peuvent tous réussir à l’université, quel que soit leur niveau, quel que soit leur profil et quelle que soit la filière choisie.

La loi ORE ne vise ni à « casser » l’université ni à transformer l’enseignement supérieur en « privilège ». Elle vise d’abord à favoriser la réussite des étudiants. Il s’agit, en amont, de mieux accompagner les élèves de Terminale dans leur projet d’orientation : c’est le rôle des professeurs principaux. Il s’agit, ensuite, d’aiguiller les élèves vers des filières où ils ont des chances de réussir, au vu de leurs résultats, de leur motivation et de la cohérence de leur projet : c’est l’objectif de la plateforme Parcoursup. Il s’agit, enfin, de mieux accompagner les étudiants pendant leur première année de licence pour éviter les décrochages précoces et réduire le risque d’échec aux examens : cette responsabilité incombe aux universités. Ce qui pose réellement problème, ce n’est pas tant l’esprit de la réforme que sa mise en œuvre : chaque université doit dorénavant examiner des milliers de dossiers de candidature alors que de nombreux enseignants-chercheurs sont déjà noyés sous la masse des tâches administratives qu’ils doivent assumer en plus de leurs cours et de leurs travaux de recherche. Manifestement, ces difficultés n’ont pas été anticipées par le gouvernement, et les moyens supplémentaires alloués aux universités dans le budget 2018 ne sont pas suffisants.

Si la loi ORE passe aussi mal, c’est peut-être parce qu’elle survient dans un contexte déjà très difficile pour les universités françaises : manque de moyens, manque de matériel, locaux vétustes et inadaptés, amphis surchargés, raréfaction des postes et des bourses de recherche, précarisation des enseignants-chercheurs. Cette situation désastreuse est le résultat de plusieurs décennies de sous-investissement dans les universités françaises, alors même que le nombre d’étudiants n’a cessé d’augmenter. La réforme actuelle n’apporte pas de réponses concrètes à ces problèmes et crée des obligations nouvelles pour des universités qui sont déjà au bord de la suffocation. C’est sans doute là que réside le vrai malaise, beaucoup plus que dans le semblant de sélection prévu par la loi ORE.

Une réaction sur “Universités: la sélection est-elle un piège à cons?

  1. J’ai lu et j’ai compris et à 73 ans, je n’ai pas le bac. Comment faire pour que chacun des opposants lisent ce que venez d’écrire. Car si j’ai compris? Ils doivent tous être capables de faire de même.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.