Le Parti Radical enfin réunifié

Sylvia Pinel et Laurent Hénart.

Samedi 9 décembre 2017, date anniversaire de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat, les Radicaux de gauche et les Radicaux valoisiens ont officiellement voté leur réunification lors d’un congrès extraordinaire. L’événement est passé totalement inaperçu en raison des obsèques de Johnny Hallyday mais il a son importance, au moins sur le plan symbolique, puisqu’il marque la renaissance du plus vieux parti de France.

Le Parti Radical a vu le jour en 1901, en pleine Affaire Dreyfus. Initialement situé au centre-gauche, il défendait la République, la laïcité, les Droits de l’Homme et pouvait compter sur le soutien d’une classe moyenne en plein essor. Véritable pivot de la vie politique française, il a participé à d’innombrables coalitions gouvernementales sous la Troisième et sous la Quatrième République. C’est en 1972 qu’a eu lieu le divorce, quand l’aile gauche, minoritaire, a quitté le parti historique pour fonder le Mouvement des Radicaux de Gauche et signer le fameux « Programme Commun de la Gauche » aux côtés du PS et du PCF. Cette scission a fait basculer au centre le parti historique, dit « valoisien », dont le siège national est situé place de Valois dans le 1er arrondissement de Paris.

La scission du Parti Radical est en fait la conséquence du processus de bipolarisation qui s’est opéré sous la Cinquième République après le départ de Charles de Gaulle. L’aile gauche du parti fut en quelque sorte « aimantée » par le Parti Socialiste : pendant 45 ans, les Radicaux de Gauche sont en effet restés de fidèles alliés du PS. Quant aux « Valoisiens », ils se sont durablement alliés à la droite républicaine et ont participé à la création de l’UDF en 1978, de l’UMP en 2002 puis, sous l’impulsion de Jean-Louis Borloo, à la fondation de l’UDI en 2012. Mais la victoire d’Emmanuel Macron en 2017, la « droitisation » de LR et l’effondrement du PS ont créé les conditions favorables à une recomposition de la vie politique autour d’un « axe central » et rendu possible une réunification des Radicaux. Sur le fond, cette réunification apparaît comme une évidence car les deux branches de la famille radicale ont toujours partagé les mêmes valeurs et les mêmes convictions progressistes, républicaines et européennes, ainsi qu’un amour profond de la démocratie locale.

Le Parti Radical réunifié, qui porte désormais le nom de « Mouvement Radical », sera provisoirement codirigé par Laurent Hénart (président du Parti Radical valoisien) et Sylvia Pinel (présidente du PRG), jusqu’à ce qu’une élection interne désigne un nouveau leader. Pour autant, l’avenir du parti reste incertain car il va devoir se faire une place dans un espace central déjà bien occupé par LREM, le MoDem et les « Constructifs ». Les Radicaux vont aussi devoir trancher une question délicate mais néanmoins essentielle : seront-ils dans la majorité présidentielle ou dans l’opposition ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.