Elle ne doit pas passer.

Marine Le Pen.

La tournure que prend cette campagne électorale m’effraie. En 2002, tous les candidats républicains battus au premier tour avaient appelé à voter Chirac pour faire barrière à Jean-Marie Le Pen. Hélas, 2017 n’est pas 2002. A droite, les masques tombent : plusieurs élus LR comme Eric Ciotti refusent d’appeler à voter Macron, le mouvement « Sens Commun » refuse de choisir entre Macron et Le Pen, Christine Boutin appelle à voter Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan s’est rallié à la candidate d’extrême droite. A gauche, Jean-Luc Mélenchon, dont la parole risque de peser lourd au deuxième tour, a réaffirmé son opposition au Front National mais n’a pas appelé à voter Macron et préfère laisser les militants de la « France Insoumise » décider de la stratégie du mouvement par un vote en ligne ! En 2002, le même Mélenchon appelait pourtant explicitement et sans hésitations à voter Chirac pour faire battre Jean-Marie Le Pen. J’espère que les électeurs de Mélenchon feront preuve d’une plus grande détermination que leur candidat face à l’extrême droite.

Ce qui est en train de se passer me laisse sans voix : plusieurs personnalités politiques de la gauche et de la droite refusent clairement la stratégie du « front républicain » face à l’extrême droite, comme si à leurs yeux une victoire d’Emmanuel Macron représentait un danger aussi important qu’une victoire de Marine Le Pen ! On croit rêver… Il est évident que les citoyens sont libres de leur vote et qu’aucun candidat, aucun parti, aucun élu n’est « propriétaire » de ses électeurs. Mais les personnalités politiques de gauche et de droite qui refusent d’appeler à voter pour Emmanuel Macron ont une attitude irresponsable, d’autant plus irresponsable que la victoire de Macron n’est pas acquise et que Marine Le Pen peut encore créer la surprise au deuxième tour. Si Marine Le Pen est élue présidente de la République le 7 mai, les personnalités politiques qui n’ont pas appelé à voter Macron dans l’entre-deux-tours devront assumer une grande part de responsabilité dans ce désastre.

Aux nombreux citoyens qui hésitent encore à voter Macron le 7 mai, à celles et ceux qui envisagent de s’abstenir ou de voter blanc, à celles et ceux qui pensent que, de toutes façons, Macron va gagner, je veux simplement dire ceci : ne jouez pas aux apprentis sorciers. Si vous ne voulez pas que Marine Le Pen passe, allez voter Macron, c’est la seule chose à faire. Ne pensez pas naïvement que la victoire de Macron est acquise, ne laissez pas les autres « faire le boulot » à votre place, prenez vos responsabilités. Personne ne vous demande de devenir des supporters de Macron, personne ne vous demande d’adhérer à son programme ni de coller des stickers « I love Macron » sur vos voitures ou vos smartphones, on vous demande juste d’empêcher le pire des scénarios. Le bulletin Macron est la seule arme qui vous reste pour barrer la route à l’extrême droite.

A celles et ceux qui détestent François Hollande et qui voient dans Macron un « clone » ou un « héritier » du président sortant, je veux dire ceci : ne vous trompez pas de combat. La présidentielle n’est pas un référendum pour ou contre la politique de François Hollande. Ce qui est en jeu ici, ce n’est pas le bilan de Hollande. La vraie question, à présent, est la suivante : voulez-vous, oui ou non, que Marine Le Pen soit élue présidente de la République ? Êtes-vous réellement disposés à prendre un tel risque ? Si la réponse est non, alors votez Macron. Et si vous n’aimez pas Macron, gardez votre fiel pour la bataille des législatives. Une fois passée la présidentielle, ce sont les élections législatives qui détermineront la politique du pays : vous pourrez alors dire tout le mal que vous pensez de Macron et vous voterez en conséquence. Mais l’urgence absolue est de faire barrage à Marine Le Pen. Elle ne doit pas passer. Elle doit être battue. Et j’ajoute qu’elle doit être battue le plus largement possible, car si Macron gagne de justesse, le Front National n’en sera que plus fort aux législatives.

Publicités

9 réactions sur “Elle ne doit pas passer.

  1. Effectivement , ce qui bloque quelques électeurs, c’est de se dire qu’après avoir voté pour Macron , il vont se déjuger en votant contre aux législatives .

  2. Donc, en gros, on est libre à condition de voter comme vous voulez, c’est ça ? Sinon c’est notre faute à nous et pas du tout la faute des politiques qui ont mené le pays dans l’état où il est aujourd’hui (et que vous semblez ignorer – ça marche pas trop mal pour vous la vie, hein ? Vous reprendriez bien une bonne petite dose de libéralisme, hein ? Il n’y a pas d’alternative !)

    Et si on vote comme vous voulez, on aura le droit d’aller « déverser notre fiel » aux législatives ? Car il est bien entendu que si en plus on vote Macron aux législatives on coche votre bonne case, par contre si on vote Mélenchon-le-satyre aux législatives, c’est plus un vote, c’est du « fiel ». J’ai bien compris ?

    Sérieusement, vous ne comprenez même pas que c’est avec ce genre d’arguments que vous nourrissez l’extrême-droite. Vous parlez avec un fouet dans la bouche.

    Qui est « coupable » ? Mélenchon qui a fait reculer le vote FN en atteignant presque 20 % et en lui piquant des suffrages, ou les petits banquiers du genre Macron qui nous envoient dans le mur et y envoient toute l’Europe avec ? On continue ? On en reprend pour cinq ans ?

    Prenez un petit instant pour y réfléchir avant de relayer les anathèmes.

    • Felix, votre analyse est extrêmement partisane.
      – Il est bien trop facile d’interpréter la montée du FN uniquement comme une conséquence des politiques libérales (et non comme une révolte identitaire, comme un rejet de l’Europe supranationale ou comme une réaction xénophobe). Mais il est beaucoup plus confortable pour vous de dire que c’est la faute du libéralisme: cela préserve votre bonne conscience d’électeur de gauche.
      – Non monsieur, Mélenchon n’a pas fait reculer l’extrême droite: cela est faux, mais vous préférez penser le contraire parce que cela flatte votre bonne conscience de mélenchoniste. Le FN n’a jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. Regardez la carte électorale du 23 avril: où Mélenchon a-t-il réalisé ses meilleurs scores? Dans les grandes villes (où l’on ne vote pas FN), dans les régions du Sud-Ouest (où le vote FN a toujours été structurellement faible) et dans certaines banlieues populaires (en piquant les voix du PS). En revanche, dans les terres ouvrières du Nord et de l’Est, où le FN a connu la plus forte progression, Mélenchon a fait de mauvais scores (de même qu’il s’est pris une claque électorale aux législatives de 2012 à Hénin-Beaumont face à Marine Le Pen). Mélenchon ne fait pas baisser le FN, il fait baisser le PS, et c’est exactement ce qui est arrivé le 23 avril (Hamon 6% et Marine Le Pen 21%).
      – Que vous le vouliez ou non, le vote Macron est le SEUL moyen de faire barrage au FN. Vous pouvez le déplorer, mais c’est la vérité.

  3. Je suis partisan, c’est entendu. Cependant, à part un centriste, qui ne l’est pas ? Il fut un temps pas si lointain où c’était un compliment.

    De votre confortable position vous semblez contempler le monde qui vous entoure sans le regarder vraiment. Vous votez parce que vous avez réfléchi quand moi j’y vais pour déverser mon fiel : vous rendez-vous compte du mépris dont vous faites preuve avec pareils propos ? Vous rendez-vous compte que ce mépris peut s’avérer très contreproductif ? Que cette façon de parler aux gens pourrait bien être un des carburants du vote de la colère ?

    Ce n’est pas avec ce genre d’arguments que vous me convaincrez d’aller voter Macron. J’ai déjà voté Chirac en 2002. Pour un vilain gauchiste comme moi, vous pouvez croire que ce fut dur et que ça laisse des traces.
    J’ai aussi voté Non à un certain référendum et vous savez ce que l’on a fait de mon vote. Ça commence à faire beaucoup.

    Je vais m’abstenir et si le FN passe ça sera ma faute ? Vous voulez rire ? Je ne suis coupable de rien.

    Pour quelles raisons l’extrême-droite progresse-t-elle en France et en Europe ? Là est la vraie question. Dans les réponses qu’on peut imaginer, il me paraît insuffisant d’incriminer le seul racisme congénital d’un peuple inculte, ou la bêtise aveugle d’une bande de gueux agitée par une révolution identitaire. Ça aussi c’est assez méprisant et ça ne tient pas compte de certaines réalités.

    Si l’électorat de la famille Le Pen était mieux traité par les responsables à qui l’on confie la charge de gérer le pays depuis tant d’années, si le territoire n’était pas abandonné par l’État comme il l’est aujourd’hui (vote des villes/vote des champs : analysez le Brexit), si la justice était rendue de façon un peu plus équitable (je dis bien « un peu plus équitable », juste un peu, je ne suis pas trop gourmand), vous pouvez être sûr que le vote d’extrême-droite retrouverait vite son niveau incompressible et que l’atmosphère générale s’en trouverait grandement apaisée.

    Il ne me paraît pas totalement dément de penser que ce sont bel et bien les inégalités sans cesse croissantes et l’indifférence de nos élites pour la vie des gens qui font monter la lave dans le volcan. Finalement, c’est un peu comme avec nos centrales nucléaires : tant que ça fonctionne à peu près, on colmate, on bouche un trou par-ci, un trou par-là. En dernier recours, même si on n’est pas trop fan, on devrait voter Macron par-ci, Macron par-là… En attendant l’éruption ?

    L’économie ça existe, c’est important, mais la vie des gens ça compte aussi. C’est même un peu la base. Et je ne parle même pas de celle de la planète. Vous pouvez le déplorer, mais c’est pour moi une autre part de vérité.

    Pour y réfléchir autrement, je vous invite à consulter cet article intéressant qui, je le signale, n’est pas écrit par une gauchiste qui aurait pour seule motivation de préserver sa bonne conscience : http://www.lesoir.be/1137303/article/debats/cartes-blanches/2016-03-01/neoliberalisme-est-un-fascisme

    • Merci pour votre réponse. Il faut simplement admettre que la montée de l’extrême droite a des causes multiples: il est trop facile de dire que « c’est la faute du libéralisme ». Je crois que pour faire reculer l’extrême droite il faut avant tout faire baisser le chômage, et je crois que pour créer des emplois il faut des capitaux. Je pense que les promesses démagogiques et utopiques de la gauche depuis 30 ans ont une part de responsabilité dans la montée du FN, car tous les gouvernements de gauche ont déçu les catégories populaires. Et je pense, oui, que dans l’ascension de l’extrême droite, il y a aussi une forme de réaction identitaire, xénophobe et islamophobe (même si ce n’est pas le seul facteur): la crise des migrants et la menace terroriste ont largement fait monter les mouvements de droite populiste et les mouvements identitaires partout en Europe, y compris dans des pays qui, économiquement, se portent beaucoup mieux que nous (comme la Suisse).

      L’article du Soir que vous avez posté est intéressant. Il faut évidemment faire une distinction nette entre libéralisme et néolibéralisme (ou ultralibéralisme): l’ultralibéralisme est un intégrisme économique qui a totalement rompu avec les fondements philosophiques et moraux du libéralisme classique. Cela étant dit, je ne cautionne pas l’usage abusif du terme « fascisme »: les mots ont un sens, le fascisme correspond à une réalité historique et, d’ailleurs, il a un caractère radicalement anti-libéral (rejet de la démocratie libérale et parlementaire, dirigisme économique, dilution des individus dans une communauté nationale idéalisée, négation de la liberté de conscience et de la liberté d’opinion). Si vous pensez que Macron est un « ultralibéral » fanatique, c’est votre opinion, mais je ne peux que regretter un tel manque de nuance dans votre jugement.

      Si Macron est élu, les libertés démocratiques vous permettront de continuer à le combattre pendant les 5 prochaines années; si Le Pen est élue, j’ignore ce qu’il en sera de nos libertés démocratiques dans 5 ans, et si sa tête s’affiche sur l’écran le 7 mai au soir, il sera déjà trop tard. Voulez-vous vraiment prendre ce risque? Apparemment oui. C’est votre choix. Je suis convaincu que Mélenchon votera Macron (je ne conçois pas qu’il puisse faire autrement, lui qui a toujours combattu ardemment le FN et qui a toujours tout fait pour lui faire barrage). Mais JL Mélenchon sait qu’une partie de son électorat refusera de voter Macron, et qu’une petite partie (entre 5 et 10% selon les enquêtes) serait prêt à voter Le Pen. Par conséquent, il ne veut pas prendre le risque de se mettre en porte à faux avec ses électeurs.

      Cordialement.

      • Bonjour,

        « (…) pour créer des emplois il faut des capitaux », dites-vous, et je suis bien d’accord.

        La dette en France s’élève à 71 milliards d’euros. Le montant de l’évasion fiscale est estimé à 60 à 80 milliards d’euros par an. Cherchez l’erreur…

        Si l’argent planqué dans les paradis fiscaux ou qui échappe au fisc, grâce aux méthodes d’optimisation fiscale illégale revenait à l’État, il n’y aurait plus de dette. Et c’est toujours l’argument de la dette qui est utilisé pour nous expliquer que nous vivrions au-dessus de nos moyens, alors que ce sont les riches qui vivent au-dessus de nos moyens.

        Nous devons optimiser nos riches, il nous faut des riches moins chers.

        Je vous souhaite un bon week-end et un bon 1er mai !

      • Cher monsieur, la dette publique française s’élève à 2 200 milliards d’euros (et non à 71 milliards comme vous l’affirmez). La dette ne doit pas être confondue avec le déficit public. Bon 1er mai à vous aussi !
        Le Centriloque

  4. Et pan sur le bec ! Vous avez raison, à mal nommer les choses, n’est-ce pas ?
    Cependant, avec ce chiffre de 71 milliards je voulais parler de « dette annuelle », si l’on peut dire.
    Mais mon petit doigt me dit que vous l’aviez parfaitement compris.

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s