Macron, candidat de la raison

Je n’ai aucune sympathie particulière pour Emmanuel Macron et, tout comme l’immense majorité des Français, je n’avais jamais entendu parler de lui avant la présidence de François Hollande. Mais je voterai pour Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle, et ce pour trois raisons.

Premièrement, même s’il ne s’est jamais défini lui-même comme centriste, Macron est le candidat dont les idées sont les plus proches de celles que le centre a portées pendant des années : la défense du projet européen, le pragmatisme, la recherche d’un juste équilibre entre solidarité et compétitivité, et la volonté de dépasser les clivages politiques traditionnels en faisant travailler ensemble des hommes et des femmes venues du centre-gauche et du centre-droit. Macron est le candidat naturel des centristes à cette présidentielle. Même si François Fillon s’est autoproclamé « candidat de la droite et du centre » et même si la plupart des centristes de l’UDI lui ont apporté leur soutien, le candidat LR n’est pas le candidat du centre car il incarne une droite dure, économiquement très libérale et socialement très conservatrice : le soutien enthousiaste que lui apporte le mouvement « Sens Commun » n’a rien d’une coïncidence. Quant à Jean Lassalle, il est certes issu du MoDem mais le programme qu’il défend semble assez éloigné des idées centristes, que ce soit sur l’économie, l’Europe ou la politique étrangère.

Deuxièmement, je pense que le programme d’Emmanuel Macron est le plus cohérent et le plus réaliste. Ce n’est pas un programme de séduction, il ne comporte aucune promesse démagogique, et c’est justement cela qui le rend crédible à mes yeux. Tout ne me plaît pas dans ce programme, mais la philosophie réformiste qui le sous-tend me semble en phase avec le monde actuel et avec les défis à venir, notamment sur les questions économiques, sur la transition numérique, sur l’écologie ou sur l’éducation. Macron a reçu le soutien de nombreuses personnalités politiques venues de la gauche et de la droite ; il a également reçu le soutien d’une quarantaine d’économistes français qui ont publié dans Le Monde une tribune en faveur du programme économique du candidat. Et toutes les attaques mesquines, toutes les insultes et toutes les rumeurs mensongères dont Macron a été la cible sur les réseaux sociaux pendant des semaines ne changent en rien l’idée que je me fais de son programme. Même si les relations étroites que Macron a nouées avec certaines élites de la banque et de l’industrie posent des questions légitimes quant aux risques de conflits d’intérêts, je prends acte du fait que, sous la pression de François Bayrou, il a intégré dans son programme une loi de moralisation de la vie politique prévoyant, entre autres, des mesures de lutte contre les conflits d’intérêts.

Troisièmement, je crois que Macron sera le candidat le plus apte à rassembler les électeurs face à Marine Le Pen dans l’hypothèse où celle-ci accèderait au second tour, comme l’annoncent tous les sondages depuis des mois. Si Fillon affronte la candidate frontiste, je pense qu’une partie non négligeable des électeurs de gauche s’abstiendra ou votera blanc. Si Marine Le Pen affronte Mélenchon ou Hamon au second tour, ce sont les électeurs de droite qui risquent de s’abstenir ou de voter blanc. Seul Macron pourra compter sur des réserves de voix importantes à gauche et à droite. Une victoire de Marine Le Pen n’est pas impossible, et un tel scénario serait tout simplement désastreux pour notre pays et pour son image à l’international. J’assume donc parfaitement l’argument du « vote utile » en faveur de Macron, étant donné que l’extrême droite n’a jamais été aussi proche du pouvoir sous la Cinquième République.

Macron n’est pas à mes yeux le « candidat du cœur », mais il est le candidat de la raison. Je voterai pour lui dès le premier tour, sans enthousiasme particulier mais sans hésitations non plus. Le Centriloque vous souhaite un bon week-end électoral à tous.

E. Macron.

Publicités

2 réactions sur “Macron, candidat de la raison

  1. Le problème, c’est qu’on fait des votes utiles depuis 2002 et pour en arriver à quoi? à pas grand chose…même pas la reconnaissance des politiques…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s