Attentat contre une église à Saint-Etienne-du-Rouvray

Nous savions que les églises étaient des cibles potentielles des djihadistes : en avril 2015, un jeune informaticien nommé Sid Ahmed Ghlam a été arrêté alors qu’il préparait un attentat contre une église de Villejuif. Ce mardi 26 juillet 2016, deux djihadistes ont attaqué une église à Saint-Etienne-du-Rouvray en Seine-Maritime : ils ont pris en otages les fidèles qui se trouvaient à l’intérieur, ils ont grièvement blessé l’un des otages et ont assassiné le prêtre âgé de 84 ans. Il semblerait que l’attaque ait été revendiquée par Daesh.

Comment exprimer l’effroi suscité par ce nouvel attentat aussi lâche que barbare ? A défaut de trouver les mots justes, je me contenterai d’exprimer ma peine profonde, et ma solidarité envers la paroisse Saint-Etienne, le diocèse de Rouen et la communauté catholique toute entière, puisque c’est elle qui a été visée à travers l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray. Le message d’amour et de paix lancé depuis Cracovie par l’archevêque de Rouen après l’attentat est d’une grande noblesse : « L’Eglise catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes. Je laisse ici des centaines de jeunes qui sont l’avenir de l’humanité, la vraie. Je leur demande de ne pas baisser les bras devant les violences et de devenir les apôtres de la civilisation de l’amour ». Ce message était la seule réponse possible au misérable attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Ce que veut Daesh, c’est provoquer des affrontements intercommunautaires et interconfessionnels en France et dans toute l’Europe. A mesure que le pseudo-califat s’effondre au Moyen-Orient, ses combattants fanatisés cherchent à semer les graines de la guerre civile dans nos démocraties occidentales vulnérables : nous devons tout faire pour éviter le piège de la guerre civile. De même, nous devons refuser toute « confessionnalisation » de l’ennemi et toute forme de stigmatisation envers une communauté religieuse. Notre ennemi n’est pas l’Islam. Notre ennemi n’est pas la communauté musulmane. Notre ennemi n’est pas une religion. Notre ennemi est une idéologie mortifère, totalitaire et inhumaine qui transforme ses défenseurs en assassins, et qui sème la mort et la destruction au Moyen-Orient, en Afrique, en Europe et jusqu’en Amérique du Nord. La tolérance, la paix, la fraternité sont évidemment les meilleurs antidotes à la violence aveugle et abjecte du terrorisme djihadiste.

C’est malheureusement sur cette actualité dramatique que le Centriloque suspend son blogue pour une vingtaine de jours, afin de prendre quelques vacances. Un grand merci à tous mes lecteurs fidèles et occasionnels. Rendez-vous mi-août.

Eglise Saint-Etienne (Saint-Etienne-du-Rouvray).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s