Economie sociale de marché : la formule ambiguë de Marielle de Sarnez

Interviewée le 19 mai sur Public Sénat, la députée européenne et vice-présidente du MoDem Marielle de Sarnez a déclaré : « il faut construire une économie sociale de marché dans laquelle tout le monde se retrouve, pas seulement les grands patrons ». Que veut dire exactement Mme de Sarnez par « économie sociale de marché » ? On n’en sait rien, car elle n’a pas jugé nécessaire de préciser le sens de sa formule. On peut supposer que, dans la bouche de Marielle de Sarnez, l’économie sociale de marché désigne une économie de marché apaisée, régulée, permettant une meilleure redistribution des richesses et une association plus étroite des salariés à la gestion des entreprises. Mais la vice-présidente du MoDem n’explique pas quel type de mesures doit conduire à la mise en place d’un tel modèle.

Le concept d’économie sociale de marché a été forgé après la Seconde Guerre mondiale en RFA par Ludwig Erhard, le ministre de l’Economie du chancelier Adenauer. Issue de divers courants de pensée tels que l’ordolibéralisme et le christianisme social, l’économie sociale de marché correspond à une économie de marché considérée comme étant intrinsèquement sociale. Autrement dit, l’économie sociale de marché est un concept libéral. Pour Ludwig Erhard et les partisans de l’économie sociale de marché, ce sont les performances du marché qui permettent le progrès social : seule une économie de marché fondée sur la libre concurrence garantit la prospérité pour tous et l’amélioration durable des conditions de vie. Erhard disait d’ailleurs : « plus l’économie est libre, plus elle est sociale, et plus le profit est grand pour l’économie nationale ». Le marché constitue donc un cadre indépassable et non négociable : les politiques sociales sont souhaitables à condition qu’elles soient « conformes au système » et qu’elles ne faussent pas les lois du marché.

L’économie sociale de marché est souvent associée au miracle économique allemand des années 1950 et 60. Elle s’est traduite notamment par une législation protégeant les consommateurs et par une politique redistributive passant par l’impôt et les prestations sociales. Ce modèle repose aussi sur un dialogue social efficace entre le patronat et de puissantes organisations syndicales réformistes. Les performances de l’économie allemande ont largement contribué au succès du concept d’économie sociale de marché en Europe. Ce concept fut d’ailleurs transposé à l’Union européenne sous l’influence de l’Allemagne : d’après le Traité de Lisbonne, l’instauration d’une économie sociale de marché constitue l’un des objectifs principaux de l’Union européenne. Mais cette transposition européenne pose problème, car l’économie sociale de marché a été pensée dans un cadre national particulier, celui de la RFA, et n’est pas adaptée au cadre européen : les Etats membres ont chacun leur modèle social, et le dialogue social européen est encore embryonnaire.

Aujourd’hui, l’économie sociale de marché apparaît plutôt comme une formule creuse que chacun, qu’il soit de gauche, de droite ou du centre, interprète à sa manière. L’erreur commise par Marielle de Sarnez est d’avoir utilisé ce concept comme s’il allait de soi, sans en proposer une définition claire. Or, l’économie sociale de marché n’appartient pas au vocabulaire français, et ne s’inscrit dans aucune tradition politique de notre pays. Comment transposer en France un concept économique étroitement lié à l’histoire et aux structures économiques et sociales de l’Allemagne ? Décidément, la France peine à se réinventer. Nos élites politiques manquent cruellement d’imagination et semblent incapables d’ouvrir de nouvelles perspectives économiques au pays sans emprunter les modèles et les outils conceptuels de nos voisins : certains prônent une « flexisécurité » à la scandinave ou un « travaillisme » à la Tony Blair (avec 20 ans de retard), d’autres veulent une rupture « thatchérienne » (avec 30 ans de retard), et d’autres parlent d’une « économie sociale de marché » (avec 60 ans de retard).

M. de Sarnez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s