Bonne année 2016

Pour toute une génération, l’année 2015 représentait le futur, car c’est en l’an 2015 que le jeune Marty MacFly, héros d’un célèbre film de science-fiction des années 80, découvre à quoi ressemble le futur. Mais l’année 2015 est déjà terminée : le futur appartient déjà au passé, et nous avons tous pris un méchant coup de vieux. 

Si un jeune des années 80 avait été projeté en 2015 grâce à une machine à voyager dans le temps, il aurait sans doute été surpris de voir que, dans le futur, tout le monde avait en permanence les yeux fixés sur des écrans et que les rues étaient remplies de gens étranges faisant la conversation au kit mains libres de leur téléphone portable. Notre voyageur venu du passé aurait découvert un monde hyperconnecté, « internetisé », « googlisé ». Une société plus ouverte, plus cosmopolite, et plus inégalitaire aussi. Un monde plus instable et plus anxiogène, exposé à la menace d’un terrorisme islamiste globalisé frappant n’importe où, n’importe quand, n’importe qui. L’année 2015 aura été, à plus d’un titre, une annus horribilis. En France, elle a commencé dans le bain de sang de Charlie Hebdo et s’est achevée dans la tuerie du Bataclan et le séisme politique des élections régionales. L’année 2016 sera-t-elle celle du sursaut et de l’espérance retrouvée ? Celle qui verra la France renouer avec la croissance et l’emploi ? Celle qui verra Daesh s’effondrer et la paix progresser au Proche-Orient ? Celle qui verra les Etats réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et s’engager résolument dans la préparation de l’après-pétrole ?

Vue du centre, l’année 2015 aura été celle des renoncements. Incapables de s’unir pour former des listes centristes autonomes aux élections régionales de décembre, les responsables de l’UDI et du MoDem se sont finalement ralliés aux Républicains dès le premier tour, y compris dans les régions où la tête de liste LR incarnait l’aile dure du parti. Ainsi, en Auvergne-Rhône-Alpes, les centristes ont accepté de faire alliance avec Laurent Wauquiez, dont ils avaient pourtant critiqué le discours souverainiste et xénophobe. Une fois de plus, les combines d’appareil l’ont emporté sur les principes. L’indépendance que l’on aime tant revendiquer à l’UDI et au MoDem a été sacrifiée sur l’autel de la realpolitik. Les centristes peuvent-ils exister politiquement sans être alliés à la droite ? En 2015, la réponse a été claire : c’est non. Il faudra qu’en 2016 les centristes clarifient leur stratégie : veulent-ils bâtir un pôle centriste véritablement indépendant de la droite, ou préfèrent-ils rester les auxiliaires dociles du parti de Nicolas Sarkozy ? Quelques jours avant la fin de l’année, François Bayrou prenait de nouveau ses distances avec Les Républicains et réaffirmait son ambition de construire un « centre fort et indépendant » et de dépasser les clivages politiques traditionnels.

Mais les lignes sont en train de bouger. A droite, le changement de nom de l’UMP n’a été qu’une manœuvre purement cosmétique visant à camoufler les divisions idéologiques de ce parti, dont l’aile modérée entend faire barrage au FN et dont l’aile dure prône la doctrine mortifère du « ni ni ». A gauche, Europe-Ecologie-Les Verts a éclaté : l’aile gauche du parti a rompu avec le gouvernement, provoquant ainsi l’exaspération puis le départ des modérés. Le Parti Socialiste est profondément fracturé : pendant que les frondeurs du PS réclament un coup de barre à gauche, Manuel Valls et d’autres leaders socialistes envisagent de plus en plus sérieusement une ouverture de la majorité vers le centre. Jean-Pierre Raffarin et François Fillon ont proposé au gouvernement de travailler avec l’opposition sur le dossier de l’emploi. Sondage après sondage, on constate que les personnalités politiques préférées des Français sont des centristes ou des modérés qui sont idéologiquement proches du centre, comme Juppé, Valls ou Macron. Le fameux « axe central » dont rêvent Bayrou et de nombreux centristes n’est-il pas en train d’émerger lentement ?

Le Centriloque vous remercie pour votre fidélité, et vous souhaite une très bonne année 2016.

Bonne année (1)

Publicités

2 réflexions sur “Bonne année 2016

  1. Bonjour. Je découvre et apprécie votre blog, un blog pas con du centre, qui se concentre sur ce qui est central et qui n’a pas le sang triste. Vos catégories montrent par leurs intitulés que, comme sur la terre, le centre est partout (sauf dans le non classé, qui pourrait s’appeler « Décentrés » ou « Excentrés » ou « Excentriques »). Tout cela n’est pas que jeux de mots. Le langage est essentiel, et celui qui impose ses mots impose ses idées. Les marxistes avaient compris hier, les frontistes et les souverainistes aujourd’hui, qu’il faut faire jouer les autres sur son terrain. Heureusement que des centristes comme vous savent utiliser leurs mots et jouer sur leur terrain.

    • Merci M. Tricaud pour votre commentaire. Je prends bonne note de vos remarques. N’hésitez pas à relayer les articles qui vous plaisent.
      Très cordialement,
      Le Centriloque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s