Faut-il démanteler l’espace Schengen ?

Chacune des crises auxquelles est confrontée l’Union européenne amène inévitablement un questionnement sur l’avenir et sur la légitimité du projet européen. Face à la crise grecque, certains ont réclamé un « saut fédéral » et une mutualisation partielle des dettes publiques des Etats membres, pendant que d’autres annonçaient l’implosion de la zone euro et le retour aux monnaies nationales. De même, la crise migratoire actuelle questionne l’avenir de l’espace Schengen: le premier ministre hongrois Viktor Orban a salué la décision allemande de rétablir des contrôles aux frontières face à l’afflux de réfugiés, et les populistes européens critiquent de plus en plus ouvertement l’espace Schengen.

Il faut rappeler que l’espace Schengen implique à la fois la disparition des frontières intérieures et le renforcement des frontières extérieures. Or, jusqu’à ce jour, les accords de Schengen ont été appliqués de façon partielle. Les politiques migratoires ne sont pas coordonnées, la coopération entre Etats membres dans la lutte contre l’immigration clandestine est restée limitée, et les moyens alloués à l’agence Frontex demeurent très insuffisants. Trois solutions sont alors envisageables. Première solution: disloquer Schengen et rétablir les contrôles aux frontières nationales, comme le souhaite le FN. Deuxième solution: réformer Schengen, en laissant aux Etats la possibilité de suspendre l’application des accords (ce qui revient, de fait, à détricoter Schengen). C’est ce que propose Nicolas Sarkozy. Troisième solution: appliquer vraiment les accords de Schengen, ce qui nécessite une harmonisation des politiques migratoires et du droit d’asile, et un accroissement des moyens dédiés à la surveillance des frontières extérieures.

La décision allemande est-elle une entorse aux accords de Schengen? Non, car dans la Convention de Schengen, il existe une clause de sauvegarde qui autorise les Etats à rétablir provisoirement des contrôles aux frontières dans des circonstances exceptionnelles. Si l’Allemagne a rétabli des contrôles, c’est parce que les Etats européens ont été incapables de se mettre d’accord sur une répartition équitable des réfugiés qui entrent sur le territoire européen. Le gouvernement allemand a d’ailleurs précisé qu’il s’agissait bien d’une mesure provisoire et qu’aucune remise en cause des accords de Schengen n’était envisagée à long terme. L’Allemagne n’a pas fermé ses frontières: elle a rétabli des contrôles mais continue d’accueillir des réfugiés sur son territoire.

Pour la plupart des citoyens de l’Union européenne, la libre circulation est une évidence: c’est même l’un des acquis européens les plus appréciés. Remettre en cause l’acquis de Schengen serait une régression à la fois inutile et préjudiciable. Que l’on songe, par exemple, aux milliers de transporteurs et de travailleurs transfrontaliers qui bénéficient chaque jour de la libre circulation. Contrairement à ce qu’affirment les europhobes, l’espace Schengen n’est pas responsable de l’afflux de migrants clandestins sur le territoire européen: sortir de Schengen ne résoudra pas le problème. Sans parler du coût énorme que représenterait pour les Etats le rétablissement durable des contrôles sur l’ensemble de leurs frontières. C’est en mutualisant les moyens et les efforts que les Etats européens pourront surveiller plus efficacement les frontières extérieures de l’espace Schengen. Et c’est en organisant la solidarité à l’échelle communautaire que les Etats pourront faire face à la crise humanitaire actuelle. Remettre en cause les accords de Schengen ouvrirait une brèche qui, dans le contexte actuel, pourrait bien conduire à la destruction des acquis européens les plus précieux.

Contrôles à la frontière austro-allemande (source: Nouvel Obs).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s