Face au drame des migrants, l’UE doit prendre ses responsabilités

Face à la tragédie humanitaire qui a lieu sous ses yeux, l’Union européenne doit prendre ses responsabilités. Fermer totalement les frontières de l’Europe en refusant l’asile aux réfugiés syriens, irakiens et libyens qui affluent vers nos côtes serait inefficace (on n’empêchera pas de gagner l’Europe ceux qui sont prêts à tout pour le faire) et contraire aux valeurs humanistes sur lesquelles est fondé le projet européen. A l’inverse, ouvrir totalement les frontières comme le prônent certains n’est pas la bonne solution, parce que les opinions publiques le refuseront, et parce qu’aujourd’hui les Etats européens n’ont pas les moyens d’accueillir dignement tous les migrants qui veulent trouver refuge en Europe. La solution ne peut être qu’une solution intermédiaire, un compromis raisonnable entre fermeture et accueil. Mais surtout, la solution ne peut être qu’une solution coordonnée au niveau européen. Les Etats membres de l’UE doivent se répartir entre eux les réfugiés entrés sur le territoire européen, en négociant des quotas qui tiennent compte de la capacité d’accueil de chaque Etat.

Dans sa lettre d’information d’avril 2015, Marielle de Sarnez, députée européenne et vice-présidente du Mouvement Démocrate, a énoncé quelques principes forts que je me permets ici de reprendre, car ils me semblent justes et nécessaires. Premier principe : ce qui se passe aujourd’hui en Italie, en Grèce, à Malte ou en Hongrie est l’affaire de tous les Européens, et non de ces seuls pays. Deuxième principe : les États membres et l’UE doivent assumer une responsabilité partagée quant à la surveillance de leurs frontières extérieures maritimes et terrestres. L’Europe doit se doter d’un corps de garde-côtes européens avec des moyens de surveillance conséquents. Troisième principe : l’Europe et la communauté internationale doivent s’engager résolument dans la traque des passeurs (qui sont coupables de crimes contre l’humanité), arraisonner leurs bateaux, démanteler leurs réseaux et traduire les coupables en justice. Quatrième principe : les procédures administratives et judiciaires du droit d’asile doivent être harmonisées au niveau européen pour que toute demande d’asile dans l’Union soit traitée dans les mêmes règles et dans les mêmes délais. Le principe intangible du premier pays d’accueil pour traiter le dossier des demandeurs d’asile doit être remis en cause car il conduit à surcharger les pays frontaliers. Cinquième principe : les principaux pays de transit doivent être mieux associés à la lutte contre les passeurs et les trafiquants et bénéficier d’un soutien de l’UE pour la sécurité de leurs frontières et l’accueil des migrants. Sixième principe : la « directive retour » de 2008 doit être révisée. Les décisions de reconduite à la frontière sont rarement exécutées et ce flou juridique permet à des migrants de rester sur le territoire de l’UE alors qu’ils ne bénéficient pas du statut de réfugié et qu’ils n’ont reçu ni permis de séjour ni permis de travail : cette situation ubuesque est une source d’incompréhension pour les citoyens européens, et d’injustice pour les migrants qui respectent la législation. Septième principe : pour l’immigration économique, il faut instaurer des quotas d’immigration légale de travail, pays par pays, sur la base d’accords migratoires conclus par les États membres sous la coordination de la Commission européenne. Dernier principe, sans doute le plus important : l’Europe doit agir sur les causes de l’émigration. Le co-développement, l’éradication de la pauvreté et la stabilisation des pays en situation de conflit doivent être des priorités absolues.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s