Les violons de Châteauroux

Français Hollande avait annoncé en 2012 que les jeunes seraient la priorité de son quinquennat. Trois ans plus tard, le constat est amer : contrairement aux promesses démagogiques de 2012, la jeunesse française n’est pas du tout au cœur du quinquennat. Sur le front de l’emploi, rien de réjouissant : les jeunes restent les principales victimes de la crise, entre chômage et travail précaire. La situation des universités françaises est toujours déplorable et nos jeunes chercheurs travaillent souvent dans des conditions qui font honte à notre pays. La réforme du collège, sous prétexte de favoriser l’égalité des chances, va démanteler des enseignements d’excellence dont bénéficiaient jusqu’à présent des élèves méritants issus de toutes catégories sociales. Et sur le front du logement, ce sont encore les jeunes qui souffrent le plus : la pénurie de logements et la flambée des prix dans les métropoles empêchent de nombreux jeunes actifs d’accéder à la propriété et les conduit même, parfois, à opter pour la colocation. Pour compléter ce triste tableau, nous apprenons que l’Etat vient de supprimer la subvention qu’il versait à près de 140 conservatoires à rayonnement régional ou départemental. La plupart des communes concernées sont dans l’impossibilité de compenser la perte de cette subvention compte tenu de la baisse des dotations versées aux collectivités. Si les grandes villes parviennent à compenser totalement ou partiellement la perte de la subvention destinée aux conservatoires, il est clair que de nombreuses villes moyennes n’auront pas d’autres choix que de supprimer des postes de professeur, réduire leur offre de cours et augmenter fortement leurs tarifs. Les familles les plus modestes apprécieront, surtout celles qui ont fait de gros sacrifices pour investir dans l’achat d’un instrument de musique dont l’enseignement va disparaître : à Châteauroux, par exemple, six professeurs vont être licenciés, et un professeur prenant sa retraite ne sera pas remplacé. Les cours de violon, d’accordéon, de tuba, d’orgue et de clavecin, de chant choral, de danse classique et de hip-hop vont être sacrifiés. C’est un coup dur pour les familles, mais aussi pour l’ensemble des habitants car le conservatoire est un véritable « poumon culturel » pour la ville et sa région. Après les déserts médicaux, voici les « déserts musicaux ». Une société bloquée, un marché du travail sclérosé, une école dont la seule ambition est celle du nivellement par le bas, une vie culturelle au rabais: voilà donc ce que le quinquennat de François Hollande laissera en héritage à la jeunesse de France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s