Le FN est-il républicain?

source: RTL.

Le FN est-il un parti républicain ? Du temps de Jean-Marie Le Pen, la question ne se posait même pas : les provocations racistes, antisémites et xénophobes de Jean-Marie Le Pen et son apologie du pétainisme et de l’occupation allemande montraient de façon éloquente que le FN rejetait le socle des valeurs républicaines. Aujourd’hui, les choses sont plus ambiguës, car Marine Le Pen joue la carte de la dédiabolisation : le FN doit apparaître comme un parti « normal » et respectable, un parti de gouvernement crédible et compatible avec la République. Si l’on en croit les propos de Marine Le Pen et de ses lieutenants, le FN serait un parti républicain. Vraiment ? Pour le vérifier, examinons les propositions du parti à l’aune de quelques grands principes républicains : liberté, égalité, fraternité, démocratie, laïcité.

Liberté

Le FN prétend défendre la liberté mais prône des mesures qui tendent, au contraire, à limiter certaines libertés fondamentales telles que la liberté d’expression et la liberté syndicale. Ainsi, dans son programme de 2012, Marine Le Pen propose d’interdire les manifestations en faveur des sans-papiers, et de retirer aux magistrats le droit de se syndiquer. La liberté de culte est elle aussi remise en cause quand les municipalités frontistes s’opposent à la construction (pourtant légale) de mosquées ou de salles de prière musulmanes, comme à Fréjus ou à Mantes la Ville. En outre, le FN remet en cause la liberté de la presse en interdisant à certains médias (de gauche) de couvrir les meetings du parti lors des campagnes électorales.

Egalité

Le FN défend la « préférence nationale » (pudiquement rebaptisée « priorité citoyenne ») : pour l’accès à l’emploi, à l’éducation, au logement et aux aides sociales, les Français doivent être prioritaires par rapport aux étrangers résidant légalement en France. Cela signifie par exemple que sur le marché du travail, à compétences égales et avec les mêmes diplômes, un travailleur français serait prioritaire par rapport à un travailleur étranger en situation régulière. Le principe de la « préférence nationale » remet donc en cause l’égalité devant la loi et aurait pour conséquence l’instauration d’une véritable politique d’apartheid opposant les « nationaux » aux résidents étrangers. La France dont rêve le FN est une France dans laquelle les résidents étrangers seraient mis au ban de la société, même s’ils paient des impôts et des cotisations.

Fraternité

S’il est un principe totalement étranger au discours et au logiciel idéologique du FN, c’est bien la fraternité. On a beau éplucher le programme du FN et les discours des responsables du parti, on ne trouve jamais la moindre petite lueur de fraternité. Au contraire, le discours frontiste apparaît comme un discours de haine qui tend à stigmatiser les musulmans et les immigrés, en les désignant comme responsables de tous nos problèmes : chômage, délinquance, insécurité, etc. Par ailleurs, le FN défend une vision généalogique de la nation, en opposant les Français de souche aux immigrés, et en proposant de supprimer le principe du droit du sol (inscrit dans la loi française depuis plus d’un siècle et demi). Le FN rejette donc l’universalisme républicain hérité des Lumières et de la Révolution. Il défend une vision ethniciste et totalement fermée de la nation, aux antipodes de la tradition républicaine si bien exprimée par Ernest Renan et sa définition de la nation comme « plébiscite de tous les jours », c’est-à-dire comme expression sans cesse renouvelée d’une volonté de vivre ensemble.

Démocratie

Le FN est un parti « démocratique » en ce sens qu’il accepte les règles de la démocratie et présente des candidats aux élections. Mais le parti défend une conception très spéciale de la démocratie. En effet, Marine Le Pen ne cache pas sa sympathie pour des régimes politiques autoritaires ou semi-autoritaires tels que la Russie de Poutine ou la Syrie de Bachar Al-Assad. Par ailleurs, le FN prône un Etat fort et centralisé et propose une « recentralisation » des pouvoirs, oubliant ainsi que la décentralisation a renforcé la démocratie locale et permis aux collectivités de s’affirmer comme des contre-pouvoirs face à l’Etat. Il est vrai que Marine Le Pen se dit favorable aux référendums, mais le référendum n’est pas la démocratie : sous le Second Empire, le bonapartisme plébiscitaire n’avait pas grand-chose de démocratique. La France est une démocratie représentative dans laquelle le référendum reste une procédure exceptionnelle, dont l’usage est très encadré. D’ailleurs, il est intéressant de constater que Marine Le Pen ne réclame jamais de référendum pour accorder de nouveaux droits ou pour modifier les institutions, mais toujours pour remettre en cause des principes et des droits existants : elle propose par exemple un référendum sur le rétablissement de la peine de mort.

Laïcité

Jean-Marie Le Pen n’a jamais été un grand défenseur de la laïcité : au contraire, il défendait l’école catholique et ne cachait guère sa sympathie pour certains mouvements catholiques intégristes. Mais depuis que Marine Le Pen a pris les commandes du parti, la laïcité occupe une place centrale dans le discours frontiste. Dans un remarquable ouvrage paru en 2014 et intitulé Marine Le Pen prise aux mots, Cécile Alduy (professeur de littérature française à Stanford) et Stéphane Wahnich (spécialiste en communication politique) ont bien montré comment Marine Le Pen avait recyclé le vocabulaire de ses adversaires pour le mettre au service de ses propres idées. La laïcité en fournit un bon exemple. En effet, c’est au nom de la laïcité que Marine Le Pen propose d’interdire le port de signes religieux aux usagers des services publics et des transports en commun. En réalité, Marine Le Pen fait une lecture biaisée de la loi de 1905 (loi qui ne s’applique évidemment pas à l’ensemble des espaces publics). De plus, Marine Le Pen opère un tri entre les religions et s’en prend systématiquement à l’islam, qu’elle cherche à mettre au ban de la société : elle propose ainsi d’interdire l’étiquetage de la viande halal. De même, elle veut interdire les « prières de rue » aux musulmans, mais fait preuve d’une étonnante indulgence à l’égard des prières publiques organisées par le mouvement catholique intégriste Civitas pour protester contre la loi sur le mariage homosexuel. Chez Marine Le Pen, la laïcité ne correspond plus au principe garantissant la neutralité de l’Etat et la liberté de conscience, mais devient une arme contre l’islam et un argument anti-immigration. Comme l’écrit Cécile Alduy, Marine Le Pen « greffe sur des laïus républicains en apparence inattaquables un discours d’extrême droite pur jus, identitaire et islamophobe ».

Conclusion

En dépit des apparences, le FN est resté un parti antirépublicain dont le socle idéologique est bien celui d’un parti d’extrême droite nationaliste et xénophobe. La stratégie de Marine Le Pen consiste à légitimer moralement le parti en lui appliquant un vernis républicain, mais sur le fond, le parti a peu changé depuis le retrait de son fondateur. Le FN reste le FN.

Publicités

6 réflexions sur “Le FN est-il républicain?

  1. Le parti d’extrême droite est il Républicain ? Le problème est ailleurs , pour les média, il faut faire le buzz pour exister. Donc, faut-il obtenir des media qu’ils cessent de réagir aux provocations de ce parti.
    Les dirigeants de ce parti veulent-ils prendre le pouvoir par la force d’un putsch ou bien se soumettent-ils au verdict des urnes. Si oui, alors , personne ne peut nier qu’ils se soumettent aux lois de la Rebublique.

    • Le FN se soumet au verdict des urnes, certes, mais cela n’en fait pas un parti républicain. La République, ce n’est pas simplement la démocratie, c’est tout en ensemble de principes et de valeurs qui, pour la plupart, sont étrangers à la tradition politique dans laquelle s’inscrit le FN. La question de l’identité républicaine du FN est une vraie question, et il faut la poser. Le FN se présente comme un parti républicain, or, au vu de son programme et de ses idées, c’est loin d’être une évidence.

  2. Vous êtes nombreux à faire l amalgame entre république et démocratie. En effet la Syrie ou l Algérie sont aussi des républiques. Car la définition de républicain est le fait d être un président élu par le peuple. Le FN est donc bien républicain par contre pour ce qui est de la démocratie ça se discute .

    • Vous avez raison sur un point, Rodi: « République » n’est pas synonyme de « démocratie ».
      Mais contrairement à ce que vous affirmez, « République » ne veut pas dire « président élu ». En France, la Première République (1792) était un régime d’assemblée, sans président. Et de nos jours, plusieurs Républiques sont dirigées par des hommes non élus par le peuple (ex: la République Populaire de Chine).
      Quand j’emploie le mot « républicain », je l’emploie dans un contexte bien particulier qui est celui de la France. Dans le cas de la France, le mot République a une histoire bien spécifique et renvoie à toute une culture politique qui s’est mise en place progressivement à partir de la Révolution: séparation des pouvoirs, système parlementaire, suffrage universel, devise « liberté, égalité, fraternité », fête nationale du 14 juillet, Marianne, Marseillaise, laïcité…
      La démocratie est consubstantielle à la République française: en France, la République est par définition démocratique. Par conséquent, le FN ne peut pas être républicain s’il n’est pas démocratique.

  3. Le Pen – Il suffit de constater avec qui le FN cohabite au Parlement Européen pour douter de la réalité de sa prétendue démocratisation.

  4. Un bon article qui rappelle clairement et simplement que non, évidemment, les valeurs du FN ne sont pas du tout celles de la République française ! On ne le rappellera jamais assez. C’est malheureux mais je me demande quelle proportion des électeurs FN en ont vraiment conscience…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s