Bayrou, Lagarde: les deux visages du centre

bayrou & lagarde

Deux partis, deux leaders: François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde incarnent la dichotomie du courant centriste en France. Le premier préside le Mouvement Démocrate, parti qu’il a fondé en 2007. Le second préside l’UDI depuis novembre 2014. Quels sont les points communs et les différences entre les deux leaders du centre?

François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde se connaissent bien. Ce sont des centristes « pure souche » issus du CDS (Centre des Démocrates-Sociaux), l’un des partis fondateurs de l’UDF. C’est en 2007 que les soubresauts de la vie politique ont séparé les deux hommes: Jean-Christophe Lagarde apporta son soutien à Nicolas Sarkozy et rejoignit le « Nouveau Centre », contrairement à Bayrou qui refusa de rallier la majorité présidentielle.

Bayrou jouit d’une plus grande notoriété que Lagarde car il a occupé le ministère de l’Education Nationale de 1993 à 1997 et a fait trois campagnes présidentielles, dont celle de 2007 où il obtint 18% des suffrages au premier tour. Jean-Christophe Lagarde est plus jeune, il n’a aucune expérience ministérielle et apparaît encore comme un « homme neuf » aux yeux de beaucoup de Français: avant 2014, il était surtout connu des habitants Seine-Saint-Denis (il est maire de Drancy depuis 2001 et député depuis 2002), mais son élection à la tête de l’UDI lui a donné une stature nationale.

Les deux hommes ont des personnalités opposées: si Bayrou a plutôt l’image d’un homme bienveillant et un peu mou, Lagarde est connu pour son tempérament nerveux et impatient, pour ses formules choc et ses petites phrases assassines à l’encontre de ses adversaires. De l’ambition? Les deux hommes en ont, assurément. Depuis des années Bayrou est convaincu d’avoir une destinée présidentielle. Quant à Lagarde, c’est un redoutable prédateur politique: il a réussi l’exploit de conquérir (et de conserver) une municipalité communiste de la « banlieue rouge » historique. Il a également évincé son rival Hervé Morin (plus connu et plus médiatique que lui) dans la course à la présidence de l’UDI, et ses adversaires le soupçonnent de vouloir utiliser l’UDI comme tremplin pour préparer la future présidentielle.

Sur le fond, les deux hommes défendent à peu près les mêmes idées. Ils sont d’accord sur l’essentiel: fédéralisme européen, défense d’un libéralisme tempéré, promotion d’un courant centriste indépendant… Pourtant, Bayrou et Lagarde ont parfois défendu des positions divergentes. Ainsi, en 2005, Lagarde fit campagne pour le « non » au Traité Constitutionnel européen, pendant que Bayrou et les cadres de l’UDF défendaient activement ce texte: Lagarde justifia son choix en soulignant le manque d’ambition du traité, mais certains virent dans cette posture une volonté de ne pas froisser l’électorat populaire de Seine-Saint-Denis, majoritairement opposé au TCE. Par ailleurs, sur les questions dites « sociétales », les positions de Jean-Christophe Lagarde sont nettement plus libérales que celles de François Bayrou: Lagarde vota en faveur du mariage homosexuel en 2012, et défend la dépénalisation du cannabis.

Bayrou et Lagarde incarnent deux visions différentes du centre. Ils prônent tous deux un centre indépendant, mais Lagarde considère l’UMP comme un partenaire naturel du centre, tandis que Bayrou cherche à bâtir un pôle centriste équidistant de la droite et de la gauche, totalement émancipé des alliances traditionnelles qui unissaient jadis la droite et le centre. Pourtant, François Bayrou s’est déjà dit prêt à soutenir Alain Juppé dès le premier tour de la présidentielle de 2017, alors que Jean-Christophe Lagarde veut une candidature autonome du centre… Les deux leaders centristes vont être confrontés à des choix quasi cornéliens en 2017. Que fera Bayrou si Lagarde et Juppé sont candidats? Soutiendra-t-il le candidat de l’UDI (dont il est plus proche idéologiquement) ou celui de l’UMP (à qui il a déjà promis son soutien)? Et si Nicolas Sarkozy est candidat, Lagarde et Bayrou vont-ils se présenter tous les deux (au risque de disperser les voix du centre) ou vont-ils jouer à « pile ou face » pour déterminer lequel des deux doit représenter le centre? La présence de deux candidats centristes au premier tour serait évidemment suicidaire pour le centre, et favoriserait Marine Le Pen.

Publicités

2 réflexions sur “Bayrou, Lagarde: les deux visages du centre

  1. Il est rare que les deux parties d’un visage soient parfaitement symétriques. Ici les nuances sont plus importantes, mais très complémentaires. Enfin, il est trop tôt pour spéculer sur la Présidentielle.
    J’ose croire que J Christophe a plus d’ambition pour la France que pour lui-même , et cherchera un résultat possiblement gagnant pour le centre et la droite compatible.
    Tous les humanistes ont assez des gouvernants de gauche, de 1981 à 2007. En effet je considère que Chirac a gouverné à gauche, et tres mal.

    • On ne sait pas très bien si Chirac a gouverné à droite, au centre ou à gauche. Le Chirac de 74 était keynésien. Celui de 78 était souverainiste. Celui de 86 était libéral. Celui de la campagne de 95 était social-démocrate. Celui des années Juppé (95-97) était partisan de la rigueur. Celui de la cohabitation (97-2002) était… on ne sait pas trop ! Et celui du quinquennat (2002-2007) était totalement effacé derrière des gouvernements de centre-droit incapables de réformer efficacement le pays. Le mystère Chirac: un homme sympathique, brillant, mais qui, au fond, n’a jamais vraiment eu de convictions chevillées au corps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s