Gaza: l’impuissance de l’Union européenne

Le cauchemar de Gaza révèle de façon éclatante l’impuissance de l’Union européenne face au conflit israélo-palestinien. Compte tenu de la crise humanitaire gravissime qui frappe actuellement la Bande de Gaza (1.200 Palestiniens ont déjà trouvé la mort), l’Union européenne aurait dû adopter des mesures d’urgence pour faire pression sur Israël et mettre un terme au bain de sang. Elle n’a rien fait. N’a-t-elle pas les moyens d’agir ? Bien sûr que si. Elle pourrait par exemple décider un embargo immédiat sur les ventes d’armes à Israël. Rappelons aussi que l’Union européenne est le premier partenaire commercial d’Israël : elle pourrait donc prendre des mesures de rétorsion, par exemple en surtaxant les produits israéliens. Elle pourrait menacer Israël de bloquer toutes les subventions qu’elle verse à ce pays. Elle pourrait aussi geler les avoirs détenus en Europe par des Israéliens, comme elle l’a fait récemment avec les avoirs des oligarques russes ou avec ceux des ministres syriens. Mais l’Union européenne n’a rien fait de tout cela. Pourquoi ? La pression des lobbys pro-israéliens n’est évidemment pas une explication suffisante : il y a d’autres raisons, plus profondes. Mais n’étant pas spécialiste du conflit israélo-palestinien, je ne m’embarquerai pas dans des spéculations fumeuses : je préfère laisser aux spécialistes le soin d’expliquer l’inertie des Etats européens.

Plus globalement, cette situation pose aussi la question du rôle de l’Europe dans le processus de paix au Proche-Orient. Aujourd’hui, il n’y a guère que l’Union européenne qui puisse avoir un rôle de médiateur dans le conflit israélo-palestinien. Les Etats-Unis n’assument plus ce rôle depuis 20 ans, et l’action de l’ONU est annihilée par le veto américain dès qu’il s’agit de réprimander Israël.

L’Union européenne a depuis longtemps pris position en faveur d’un Etat palestinien indépendant. Elle a adopté plusieurs déclarations condamnant la politique de colonisation israélienne et demandant le démantèlement des colonies « sauvages » installées depuis 2001 en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. L’Union européenne verse également des subventions à l’Autorité Palestinienne pour l’aider à financer ses infrastructures et à payer ses fonctionnaires. Mais jusqu’à présent, l’Union européenne s’est montrée incapable d’imposer au gouvernement israélien les conditions d’une paix durable, à commencer par l’arrêt de la colonisation dans les territoires palestiniens, le démantèlement des colonies « sauvages » et la levée du blocus imposé à Gaza par Israël. Une directive européenne de 2013 rend inéligible aux financements européens toute entreprise, université ou association israélienne exerçant une activité dans une colonie de Cisjordanie ou de Jérusalem-Est : il s’agit d’un premier pas, mais c’est évidemment insuffisant. L’Union européenne peut aller beaucoup plus loin, par exemple en interdisant l’importation des produits fabriqués dans les colonies israéliennes. Il est temps que l’Europe s’affirme enfin comme une force de paix sur la scène internationale, et qu’elle cesse de renvoyer au monde entier l’image d’un nain diplomatique impuissant et englué dans les tergiversations des Etats membres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s