La gangrène de l’antisémitisme en France

Je suis horrifié par la violence des slogans antisémites qui ont été scandés en marge de certaines manifestations pro-palestiniennes, et par ceux qui ont été scandés dans les rues de Paris le 26 janvier 2014 lors du « Jour de Colère ».

Je suis horrifié par le fait qu’en France, au XXIe siècle, des familles juives ne se sentent pas en sécurité dans la capitale parce que des voyous prennent pour cibles des magasins juifs et des synagogues, comme cela se faisait pendant l’Affaire Dreyfus ou dans l’Allemagne des années 30.

Je suis horrifié par la bêtise de ceux qui profitent de manifestations pacifiques pour semer la haine et la violence, et par la bêtise de ceux qui banalisent l’antisémitisme en s’abritant derrière l’alibi facile de l’antisionisme.

Je suis horrifié par les milliers d’Internautes qui, en France, voient partout la main du « lobby juif » et qui se disent fans des provocations antisémites de Dieudonné ou des théories fumeuses d’Alain Soral sur le « complot juif mondial ».

Je suis horrifié par tous ces Internautes qui dénoncent la prétendue mainmise des Juifs sur les grands médias français, alors même que la France est sans doute, parmi tous les pays occidentaux, l’un de ceux qui ont défendu le plus constamment la cause palestinienne depuis 50 ans, et que la presse française a toujours largement relayé la détresse du peuple palestinien lors de chaque flambée de violence à Gaza ou en Cisjordanie.

Je suis horrifié par le déferlement de commentaires antisémites que provoque, sur les réseaux sociaux, chaque vidéo montrant une interview de BHL ou d’Alain Finkielkraut, surtout lorsque je constate que ces commentaires émanent de crétins illettrés qui n’ont manifestement jamais ouvert un livre de Finkielkraut ni de BHL (et qui n’ont d’ailleurs pas dû ouvrir beaucoup de livres au cours de leur vie).

Cet antisémitisme-là n’est plus celui de l’extrême droite française traditionnelle, dont on perçoit encore quelques relents nauséabonds dans les dérapages verbaux d’un Jean-Marie Le Pen à la retraite. Cet antisémitisme, on le sait bien, émane d’individus plutôt jeunes qui ne viennent pas de l’extrême droite ; beaucoup d’entre eux sont des musulmans issus de l’immigration nord-africaine, qui réagissent de façon très violente au conflit israélo-palestinien. Chez ces individus, la réflexion personnelle et l’esprit critique ont capitulé devant les amalgames les plus grossiers : la haine envers le gouvernement israélien débouche facilement sur la haine envers le peuple israélien lui-même, puis envers les sionistes, et finalement, envers les juifs en général, alors même que de nombreux juifs réprouvent la politique du gouvernement israélien.

Pourquoi continue-t-on à parler pudiquement de « tensions interreligieuses » ? Le déferlement de haine dont nous sommes actuellement témoins est à sens unique : aucun juif, en France, n’a proféré de slogans islamophobes. Aucun juif n’a vandalisé de magasins tenus par des musulmans. Aucun juif ne s’est photographié en train de faire une « quenelle » devant la Grande Mosquée de Paris ou devant des tombes musulmanes. Cette haine que nous voyons, c’est de l’antisémitisme pur et dur, qui ne répond à aucune provocation islamophobe. Le conflit israélo-palestinien n’est qu’un prétexte. Et les exactions de Tsahal ne justifient en rien les abominations antisémites que nous observons aujourd’hui. L’antisémitisme est une gangrène, et cette gangrène gagne chaque jour un peu de terrain dans le pays des Droits de l’Homme.

Publicités

Une réflexion sur “La gangrène de l’antisémitisme en France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s