Consternant.

Consternant, le résultat des européennes. Les sondages l’avaient pressenti : le FN a remporté haut la main les élections avec 25% des suffrages exprimés, loin devant l’UMP (qui totalise 20% des suffrages) et le PS (qui s’effondre à 13%). Hier soir, l’Europe et le monde ont regardé en direction de la France et ont vu, avec stupéfaction, le visage radieux d’une Marine Le Pen galvanisée par la victoire historique de son parti. Madame Le Pen peut enfin se targuer d’être la présidente du premier parti de France. Bravo. Sa campagne démagogique de dénigrement systématique de l’Europe a porté ses fruits. La crise économique et le bilan pathétique de la gauche ont fait le reste. La France, pays des droits de l’homme, a fait gagner le Front National, parti populiste, nationaliste, xénophobe et europhobe. La France, pilier de l’Europe et moteur de la construction européenne, vient d’envoyer 24 députés FN au Parlement de Strasbourg. 24 députés qui méprisent l’Europe, qui la rendent responsable de tous nos malheurs, et qui rêvent de déconstruire ce que nous avons mis 60 ans à construire, au prix d’efforts colossaux et de compromis difficiles. 24 députés qui ne siégeront au Parlement européen que pour aboyer contre l’Europe et, comme le disait Marine Le Pen elle-même, pour « bloquer toutes les avancées ». Quelle belle image de la France vont-ils donner à leurs collègues européens…

Consternant, le taux d’abstention. 57% des électeurs ne sont pas allés voter pour les européennes. Ce taux n’a certes rien d’exceptionnel : depuis 25 ans, en France, l’abstention aux européennes oscille entre 50 et 60%. Sur ce point, le scrutin de 2014 est donc dans la « norme », puisque le désintérêt des citoyens français pour les élections européennes semble être devenu quelque chose de « normal ». Une fois de plus, les partis pro-européens n’ont pas réussi à mobiliser les électeurs. Ils ont mené une campagne terne, inefficace, trop éloignée des préoccupations concrètes des Français. Ils ont été incapables de combattre efficacement les idées du Front National et de démontrer l’ineptie des positions défendues par ce parti. De surcroît, les grands médias se sont peu intéressés à la campagne des européennes : quelques débats ont été organisés à la va-vite pendant les deux dernières semaines, et France Télévisions n’a même pas jugé bon de retransmettre le débat opposant les candidats à la présidence de la Commission européenne. Pire : le fameux traité de libre-échange transatlantique, négocié dans la plus grande opacité depuis 2013 entre la Commission européenne et les Etats-Unis d’Amérique, a pesé sur la campagne et a renforcé l’exaspération des électeurs à l’égard d’une Europe technocratique dans laquelle ils ne se reconnaissent pas, et qu’ils ne comprennent pas.

Consternante aussi, l’attitude de l’UMP et de son patron, Jean-François Copé, qui ne tire manifestement aucune leçon du scrutin et s’obstine à rejeter sur les autres la responsabilité du désastre. Que nous dit Monsieur Copé au lendemain des élections ? C’est la faute du PS, parce qu’il n’a aucun projet crédible à défendre. C’est la faute du gouvernement, parce qu’il fait n’importe quoi depuis deux ans. C’est la faute des centristes, parce qu’ils ont affaibli la droite en faisant campagne de leur côté. Mais il faudrait que Jean-François Copé commence par faire son autocritique, et qu’il porte un regard un peu plus clairvoyant sur la situation de son propre parti. Les divisions internes, la guerre des chefs et le scandale « Bygmalion » ont gravement abîmé l’image de l’UMP. Certes, la gauche a une lourde responsabilité dans le désastre électoral des européennes, mais le « vote sanction » n’a pas profité à l’UMP. La droite républicaine, affaiblie et discréditée, n’a pas réussi à mobiliser l’électorat autour d’un projet européen clair et fédérateur, et s’est contentée de mener une campagne franco-centrée (d’ailleurs, pendant la campagne, Jean-François Copé a clairement appelé les électeurs  à « sanctionner la gauche et le président Hollande »).

N’en déplaise à Monsieur Copé, les centristes ne sont pas responsables de la victoire du FN : si le Modem et l’UDI n’ont pas fait alliance avec l’UMP, c’est justement parce que les centristes défendaient un projet différent sur l’Europe, un projet résolument fédéraliste, contrairement à l’UMP qui reste très timorée sur les questions européennes. L’union des centristes aux européennes était parfaitement légitime et cohérente, et les résultats encourageants obtenus par les listes centristes (autour de 10%) montrent que leur stratégie était la bonne. « L’Alternative », fondée par Bayrou et Borloo en novembre 2013, vient de passer avec succès son deuxième test électoral, après celui des municipales.

Espérons que le séisme du 25 mai fera réagir les chefs d’Etat et de gouvernement européens, et que des réformes structurelles permettront de démocratiser les institutions européennes, d’améliorer leur efficacité, de mettre en place une véritable gouvernance politique de la zone euro, et de renforcer la protection des citoyens européens contre les affres de la crise et de la mondialisation.

Vive l’Europe quand même!

Publicités

Une réflexion sur “Consternant.

  1. A force d’entendre répéter que les gens ne se déplaceront pas, le FN et les gentils médias si bêtes ont fait la part belle au bleu Marine.
    En tout cas, stratégie qui a fonctionné formidablement face à des plus idiots encore en ce personnage qui n’a encore rien compris ( ça n’est pas le seul, hélas ) j’ai nommé Monsieur Copé JF !
    Depuis des années, la droite et la gauche jouent dans leur cour de récréation, à force de se regarder le nombril, ils n’ont jamais imaginé qu’une bande extérieure arriverait à pénétrer dans l’esprit rebelle des Français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s