Marine Le Pen et l’Europe: avalanche de contre-vérités

Sur l’Europe en général, et sur l’euro en particulier, Marine Le Pen multiplie les affirmations mensongères. Dans quel but ? Faire croire que l’Europe est responsable de tous nos problèmes, et ainsi justifier un programme économique fondé sur l’abandon de l’euro et le démantèlement de l’Union européenne. A l’approche des élections européennes, cette campagne de mystification et de dénigrement systématique de l’Europe gagne encore en virulence. Voici donc quelques exemples de contre-vérités assénées par Marine Le Pen et son parti. Toutes les affirmations suivantes proviennent soit du site Internet du FN, soit des interventions de Marine Le Pen à la radio et à la télévision.

« La zone euro a le chômage le plus élevé du monde »

D’un point de vue statistique, cette affirmation est absurde. Début 2014, le taux de chômage avoisinait les 12% dans la zone euro ; la Grèce, qui a le taux de chômage le plus élevé de la zone, se situe entre 25 et 30%. De nombreux Etats dans le monde ont des taux de chômage nettement plus élevés (plus de 30% en Afghanistan, plus de 40% en Bosnie et en Haïti, plus de 50% au Turkménistan, et même plus de 80% au Libéria). En outre, l’Autriche (4%), l’Allemagne (5%) et le Luxembourg (6%) font partie de la zone euro mais ont des taux de chômage moins élevés que le Royaume-Uni (8%), qui n’en fait pas partie. Même en comparant la zone euro à d’autres grands ensembles géopolitiques, l’affirmation de Marine Le Pen reste fausse : en 2012, le taux de chômage atteignait 19% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

L’Union européenne est une « passoire » ouverte à tous vents

Le Front National cherche à faire croire que l’Union européenne a retiré aux Etats toute forme de protection contre la concurrence étrangère et l’immigration. Cela est inexact. Si les barrières douanières entre Etats-membres ont disparu (depuis 60 ans), il ne faut pas oublier qu’il existe une politique douanière commune, et que les marchandises importées par les Européens se voient appliquer un tarif douanier. Outre les barrières douanières, l’Union européenne a aussi mis en place des barrières « non tarifaires », comme par exemple des normes de sécurité ou des normes environnementales : c’est la raison pour laquelle, chaque année, des tonnes de marchandises sont refoulées à l’entrée du marché européen, car non-conformes aux règlementations en vigueur dans l’UE. En ce qui concerne l’immigration, l’Union européenne est une véritable forteresse : pour un migrant, il est aujourd’hui plus difficile que jamais d’entrer sur le territoire européen. La politique d’immigration reste une compétence des Etats : au cours des dernières années, la quasi-totalité des Etats-membres (y compris la France) ont restreint l’immigration, adopté des politiques « d’immigration choisie » et durci la lutte contre l’immigration clandestine. En outre, la convention de Schengen, qui a supprimé les contrôles aux frontières à l’intérieur de l’Europe, s’est accompagnée d’un renforcement des frontières extérieures et d’une politique européenne de lutte contre l’immigration clandestine, notamment par le biais de l’agence Frontex.

La « directive Lunacek » va imposer aux Etats la légalisation de la PMA et de la GPA

Contrairement à ce que Marine Le Pen a déclaré sur le plateau de l’émission « Mots Croisés » en février 2014, il n’existe pas de « directive Lunacek ». Une directive européenne est un texte législatif que les Etats ont l’obligation de transposer dans leur droit national. Le texte auquel Marine Le Pen a fait allusion est en réalité un simple rapport d’initiative, sans valeur contraignante pour les Etats. Le Rapport Lunacek, voté par le Parlement européen en février 2014, préconise un certain nombre de mesures visant à lutter contre les discriminations à l’égard des personnes homosexuelles, bisexuelles et transsexuelles : ce rapport ne parle ni de PMA, ni de GPA !

« L’euro est rejeté par une majorité d’Européens »

Il s’agit d’un mythe, qu’aucune enquête statistique sérieuse ne permet de corroborer. Contrairement à ce que répète Marine Le Pen, la monnaie unique n’est pas du tout désavouée par les Européens : selon une enquête TNS d’octobre 2013, 68% des habitants de la zone euro pensent que l’euro est bon pour l’Europe et 57% pensent que l’euro est bon pour leur pays. La stratégie de Marine Le Pen consiste à nourrir la rumeur d’un rejet global de la monnaie unique, afin de légitimer l’idée d’un retour au franc.

C’est l’euro qui oblige les Etats participants à mener des politiques d’austérité

Les politiques « d’austérité » ont pour but de résorber le déficit budgétaire d’un Etat en réduisant drastiquement les dépenses publiques et en augmentant les recettes fiscales. Ces politiques existaient déjà avant l’euro. Depuis la crise mondiale de 2008, l’endettement des Etats européens s’est fortement aggravé et les politiques d’austérité se sont multipliées en Europe, y compris dans des pays qui n’ont pas adopté l’euro, comme par exemple au Royaume-Uni. Il est donc faux de dire que les politiques d’austérité sont une « conséquence » de la monnaie unique : l’austérité n’est pas gravée dans les traités, elle ne résulte pas de l’euro mais des choix politiques faits par les dirigeants européens. L’euro n’est pas « responsable » des plans d’austérité imposés à la Grèce par la troïka (FMI, Commission européenne et BCE) : la gestion de la crise grecque par la troïka fut d’ailleurs vivement critiquée par de nombreux députés européens, et fait actuellement l’objet d’une enquête parlementaire européenne.

Depuis l’introduction de l’euro, aucun pays de la zone euro, excepté l’Allemagne, n’a amélioré le solde de son commerce extérieur

Encore une fois, Marine Le Pen cherche à discréditer l’euro en le désignant comme responsable d’une dégradation des balances commerciales européennes. L’argument est fallacieux, car l’euro fort ne suffit pas à expliquer la détérioration des balances commerciales. Plusieurs pays européens n’ayant pas adhéré à l’euro ont, eux aussi, aggravé leur déficit commercial durant les années 2000 : d’ailleurs, le Royaume-Uni est l’un des pays européens qui a le plus creusé son déficit commercial. La dégradation des balances commerciales européennes depuis le début des années 2000 a des causes multiples, telles que la hausse du prix des hydrocarbures, la croissance record de la Chine et la politique commerciale agressive de Pékin. Mais il faut aussi rappeler que depuis 2008, les pays déficitaires de la zone euro ont réduit leur déficit commercial. Une étude publiée en juin 2013 par l’INSEE sur le commerce extérieur des Etats européens fournit les explications suivantes : « Avant la crise de 2008, la balance commerciale de l’Allemagne s’améliorait continûment. À l’inverse, elle se détériorait à des rythmes divers en France, en Espagne, en Italie, et au Royaume-Uni. Depuis la crise, l’excédent commercial s’est stabilisé en Allemagne, et la dégradation s’est interrompue dans les autres pays. La balance commerciale est même devenue excédentaire en Espagne et en Italie depuis 2012. (…) Au total, la faiblesse de la demande intérieure et, dans une moindre mesure, la dépréciation de l’euro et de la livre, représentent un rôle majeur dans l’amélioration des balances commerciales des pays déficitaires. Mais d’autres mécanismes ont joué : amélioration de la compétitivité-coût (notamment en Espagne), recherche plus intense de marchés à l’exportation, inflexion du modèle de croissance chinoise avec un recul des gains de parts de marché ». Marine Le Pen réduit souvent la complexité des réalités économiques à des raccourcis caricaturaux, des simplifications trompeuses et des affirmations péremptoires.

La compétitivité allemande repose sur les travailleurs à bas coût

Chez Marine Le Pen, tous les moyens sont bons pour dénigrer l’Allemagne et le prétendu « modèle allemand ». Certes, les bas salaires constituent un vrai problème social pour Allemagne, d’où la mise en place prochaine d’un salaire minimum au niveau fédéral. Mais contrairement à ce qu’essaie de faire croire Marine Le Pen, ce ne sont pas les bas salaires qui expliquent la compétitivité de ce pays. En Allemagne, la main d’œuvre bon marché concerne principalement des secteurs qui ne sont pas tournés vers l’exportation, comme le bâtiment. Les industries allemandes qui exportent (automobile, biens d’équipement) nécessitent une main d’œuvre qualifiée. La compétitivité de l’industrie allemande repose essentiellement sur la qualité des produits et des services après-vente.

L’Union européenne est un « Super-Etat qui, depuis Bruxelles et Francfort, prétend régir tous les aspects de la vie politique, financière, économique, sociale et culturelle des Européens »

Soit Marine Le Pen est de mauvaise foi, soit elle ignore tout des institutions européennes et de leur fonctionnement (étonnant, de la part d’une eurodéputée). La présidente du FN décrit l’Union européenne comme une sorte d’Etat autoritaire qui imposerait ses décisions aux peuples. D’ailleurs, Madame Le Pen ne lésine pas sur les mots et va jusqu’à dénoncer les « diktats de Bruxelles ». Pourtant, l’Union européenne n’est pas un « Etat » : c’est une confédération d’Etats indépendants. Le Conseil européen (composé des chefs d’Etat et de gouvernement des 28 membres) est l’organe central de l’Union, il élabore et modifie les traités, fixe les grandes orientations de l’Union européenne, et désigne le président de la Commission. Le Conseil européen prend ses décisions sur la base du consensus. Pour finir, n’oublions pas que tous les règlements et toutes les directives européennes sont votés par le Parlement européen (qui est élu au suffrage universel) et par le Conseil des ministres de l’UE. Par ailleurs, Marine Le Pen impute à l’Europe des bilans qui concernent des domaines dans lesquels l’UE n’est pas compétente et qui relèvent uniquement de la compétence des Etats (décentralisation, réforme de la carte judiciaire, de la carte militaire et de la carte hospitalière, etc.). Le « super-Etat » européen dont parle Marine Le Pen est un fantasme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s