Le Centriloque a 1 an

Eh oui, en ce mois de janvier 2014, le Centriloque fête son tout premier anniversaire. Je remercie très sincèrement celles et ceux qui ont lu ce blog de façon occasionnelle ou assidue pendant un an, et tout particulièrement ceux qui ont pris la peine de le commenter. L’audience du Centriloque n’a cessé de progresser au cours de l’année 2013, et je m’en réjouis. J’en profite, bien sûr, pour vous souhaiter à tous une excellente année 2014.

L’année 2013 fut plutôt prometteuse pour le centre : en novembre, l’alliance entre François Bayrou et Jean-Louis Borloo, baptisée « L’Alternative », a ouvert la voie à des listes communes UDI-Modem aux municipales et aux européennes de 2014. Cette alliance n’a été possible qu’au prix de concessions peu négligeables de la part des deux leaders centristes. Bayrou a dû renoncer à sa ligne de stricte indépendance et accepter le principe d’un « partenariat naturel » avec la droite. Quant à Borloo, il prend le risque de se retrouver dans l’ombre de son allié, plus populaire et plus charismatique que lui. Borloo s’est également rallié à l’idée très « bayrouiste » d’une grande coalition réformiste allant de la droite républicaine à la gauche sociale-démocrate.

Maintenant que les bases ont été posées, la nouvelle alliance centriste doit relever trois grands défis, si elle ne veut pas faire « pschitt » et voler en éclats aussi rapidement qu’elle a vu le jour. Le premier défi est celui de l’unité: sur le papier, Modem et UDI sont alliés, mais dans la pratique, les tensions entre les deux partis restent vives. Certains cadres de l’UDI, comme Hervé Morin, reprochent à Bayrou son opportunisme et ne lui ont toujours pas pardonné d’avoir voté Hollande en 2012. Le deuxième défi est celui du programme: il faut que le centre se dote d’un programme cohérent pour les municipales et pour les européennes, et que des propositions concrètes émergent le plus vite possible, sinon « L’Alternative » ne restera qu’une coquille vide. Le troisième défi est électoral: l’UDI et le Modem devront proposer des candidatures communes dans le plus grand nombre de circonscriptions possible, et se mettre d’accord sur la composition des listes. Pour les européennes, le défi ne sera pas trop difficile à relever, mais pour les municipales, les choses s’annoncent déjà beaucoup plus délicates car, localement, les situations sont très diverses: il est clair que dans certaines communes, les centristes s’engageront désunis dans la bataille, avec des candidats Modem alliés au PS, et des candidats UDI alliés à l’UMP.  Il faudra aussi que la campagne des candidats centristes soit exemplaire: malheureusement, les premiers « couacs » entre Jean-Louis Borloo et NKM lors de la composition des listes parisiennes UMP-UDI-Modem font déjà très mauvaise impression. Espérons que les intéressés vont rapidement redresser le tir, et que la campagne des municipales offrira une belle tribune aux idées centristes en matière de logement, d’intercommunalité, de transports, de fiscalité locale et de développement durable.

Bonne année encore, et à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s