Travail dominical: les ravages de la pensée unique

Le débat sur l’autorisation du travail dominical a été récemment relancé par deux grandes enseignes de bricolage. A titre personnel, je considère que le travail dominical doit rester l’exception, et que le dimanche doit demeurer un jour de repos, dédié à la famille, aux loisirs et à la vie spirituelle. Je ne reviendrai pas ici sur l’argumentation que j’ai déjà développée dans un précédent article, paru en avril 2013 et consultable sur le lien suivant: https://centriloque.wordpress.com/2013/04/. Mais j’ai constaté qu’une sorte de « pensée unique » s’était peu à peu installée dans la presse: l’ouverture des magasins le dimanche est souvent présentée comme un progrès, la législation sur le travail dominical est dénoncée comme un archaïsme, et ses défenseurs sont décrits comme des ringards. L’exemple le plus flagrant est celui des chaînes d’information (BFM, I-Télé, LCI), dont les chroniqueurs économiques sont clairement favorables à l’ouverture des magasins le dimanche. Ce matin, une jeune chroniqueuse de BFM TV raillait le Ministre du Travail Michel Sapin et le Ministre de la Consommation Benoît Hamon, coupables à ses yeux de défendre le principe du repos dominical. La journaliste opposa aussi, de façon caricaturale, les « libéraux » (favorables à l’ouverture des magasins le dimanche) aux « cathos » (attachés au repos dominical pour des raisons spirituelles). Elle eut d’ailleurs cette réflexion d’une grande finesse: « le dimanche, ceux qui veulent se reposer peuvent se reposer, ceux qui veulent aller à la messe peuvent y aller, laissons travailler ceux qui veulent travailler ». Autrement dit, il y aurait, d’un côté, la France des cathos et des pantouflards qui s’accrochent au repos dominical, et de l’autre, la France des travailleurs qui veulent faire « évoluer la législation ». Ce genre de raccourci est devenu monnaie courante sur les chaînes d’information. Autre lieu commun médiatique: le fameux centre commercial de Plan de Campagne, dans les Bouches-du-Rhône. Cette zone commerciale, qui est ouverte le dimanche depuis sa création en 1960, a fait l’objet de dizaines de reportages depuis quelques jours; elle est montrée comme un cas exemplaire, qui fonctionne bien et qui devrait être généralisé à toute la France…

J’aimerais rappeler quelques éléments qui ont leur importance dans ce débat. Premièrement, la France n’est pas une exception européenne: plusieurs autres pays ont préservé le principe du repos dominical et interdisent l’ouverture des magasins le dimanche. C’est le cas de l’Allemagne, qui est souvent présentée dans les médias comme un modèle à suivre. Deuxièmement, l’idée que le travail dominical favoriserait la croissance et l’emploi est très discutable. Modifier les horaires d’ouverture des magasins ne changera rien au pouvoir d’achat des clients. En outre, l’ouverture des grands magasins le dimanche mettrait en difficulté les petits commerces de centre-ville, qui souffrent déjà de la concurrence des grandes surfaces, et qui n’ont pas la possibilité d’ouvrir le dimanche. Les chroniqueurs libéraux des chaînes d’information défendent la concurrence quand cela les arrange, mais s’en moquent dès qu’on parle du travail dominical. Troisièmement, l’idée que le travail dominical se ferait uniquement sur la base du volontariat est un mythe: s’il est vrai que certains salariés (notamment des étudiants) demandent à travailler le dimanche, une banalisation du travail dominical inciterait les employeurs à exercer une pression sur les salariés pour les faire travailler le dimanche, et aurait des conséquences délétères sur la vie privée de milliers de personnes. Le gouvernement a eu le courage de prendre une position claire en s’opposant à une banalisation du travail dominical, et c’est tout à son honneur.

Publicités

Une réflexion sur “Travail dominical: les ravages de la pensée unique

  1. Pourquoi les médias sont-ils favorables au travail dominical?

    Parce qu’il engendre des revenus publicitaires supplémentaires.

    Les commerçants tiennent à faire savoir aux pèlerins que leurs temples sont ouverts.

    Pour rappel: Presse écrite et radio vivent (ou survivent) en grande partie grâce à la réclame.

    1_nain_filtré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s