Aller en Syrie?…

L’intervention militaire de la France en Syrie contre le régime de Bachar Al-Assad est un scénario de plus en plus crédible. En tout cas, les déclarations de Laurent Fabius et de François Hollande laissent entendre que la France envisage sérieusement l’option d’une intervention militaire. Dans d’aussi tragiques circonstances, le bon choix doit néanmoins rester celui de la prudence. Il faut garder à l’esprit cinq éléments importants avant d’envisager toute option militaire.

1° Les enquêteurs de l’ONU n’ont pas encore rendu leur rapport, et il n’existe à ce jour aucune preuve juridiquement recevable d’une utilisation des armes chimiques par le pouvoir syrien. Le gouvernement syrien a accepté qu’une enquête ait lieu : décider une intervention avant même de connaître les conclusions de l’enquête serait un acte déloyal de la part de la France.

2° La Syrie est une poudrière extrêmement dangereuse : les tensions communautaires et religieuses y sont exacerbées, et les actes terroristes s’y multiplient. Peut-on prendre le risque d’intervenir dans une guerre civile que nous ne maîtrisons pas, et dont les enjeux nous dépassent ? N’allons-nous pas vers un nouvel échec ? Ne risque-t-on pas de s’enliser en Syrie comme on s’est enlisé en Afghanistan ?

3° Si nous intervenons, quels seront nos buts de guerre ? Renverser le régime d’Al-Assad ? Cela pourrait plonger le pays dans une inextricable impasse politique, dont les bénéficiaires seraient, à coup sûr, les islamistes. « Punir » Bachar Al Assad ? La France n’est pas l’arbitre du monde et n’a pas à « punir » qui que ce soit : seule l’ONU est légitime pour sanctionner un Etat. Opérer des frappes « chirurgicales » pour détruire les arsenaux du régime ? Nous n’avons pas d’informations suffisantes à ce jour.

4° Toute intervention en Syrie aurait de lourdes conséquences sur les pays voisins, et pourrait embraser tout le Proche-Orient : pensons au fragile Etat libanais, à l’Iran (allié de Bachar Al-Assad) ainsi qu’à Israël.

5° Toute intervention en Syrie serait fatalement décidée sans l’aval du Conseil de Sécurité de l’ONU, puisque la Russie opposera son veto, quelle que soit la décision des Etats-Unis. Cela pose donc un problème de légitimité. La France peut-elle agir sans mandat de l’ONU? Peut-elle faire ce qu’elle avait jadis reproché aux Etats-Unis lors de la crise irakienne de 2003?

Je vous invite à lire l’appel à la prudence lancé par Français Bayrou à propos du conflit syrien, en utilisant le lien suivant :

http://mouvementdemocrate.fr/article/je-veux-lancer-un-appel-pressant-a-la-prudence-sur-la-syrie

Publicités

3 réflexions sur “Aller en Syrie?…

  1. C’est un calcul osé de la part de Hollande : montrer du cran et du volontarisme pour inverser sa courbe de popularité.
    Pour l’instant c’est pas mal puisqu’il se retrouve avec Obama et qu’il y a peu de chance que cela aboutisse vraiment à une guerre : tout au plus des cibles à détruire pendant une semaine.
    Le seul « défaut » du plan serait à gérer le renoncement à une opération après avoir été les premiers à taper du poing sur la table…

  2. Merci pour ce post. En effet, Hollande a voulu montrer du cran, comme lors de la crise malienne (pour un chef d’Etat, la légitimité internationale peut compenser une crédibilité défaillante à l’intérieur du pays). Mais Hollande n’a pas eu de chance, car Obama s’est montré plus prudent que lui en demandant un vote du Congrès: Hollande se retrouve otage des parlementaires US et doit attendre un vote qu’il n’a pas souhaité, ce qui affaiblit beaucoup sa position.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s