Christine Boutin et Frigide Barjot inventent leur propre définition de la légitimité

Christine Boutin et Frigide Barjot sont aux avant-postes de la lutte contre le « mariage pour tous ». Leur stratégie consiste à contester la légitimité de tout ce qu’elles n’approuvent pas.

1° Après le vote de la loi instaurant le mariage pour tous et le droit d’adoption pour les couples homosexuels, Mesdames Boutin et Barjot ont contesté la légitimité de cette loi. Selon elles, le projet de loi aurait dû être soumis à un référendum. Je ne vais pas revenir sur l’argumentation que j’ai déjà plusieurs fois développée sur ce blog concernant l’utilisation du référendum. Je rappellerai simplement que, dans la Constitution de la Cinquième République, le référendum est réservé aux réformes touchant aux institutions et à l’organisation de notre système économique et social. Rien ne justifiait que la loi sur le mariage pour tous passe par la voie référendaire: elle a été ratifiée par la voie parlementaire ordinaire, dans des conditions parfaitement conformes à la Constitution, comme l’ont été toutes les grandes réformes de société (majorité à 18 ans, droit à l’avortement, abolition de la peine de mort, PACS…).

2° Après la validation du texte par le Conseil Constitutionnel, Mesdames Boutin et Barjot ont contesté la légitimité de cette juridiction. Elles ont accusé les Sages d’avoir pris une décision « politique », sans tenir compte des intérêts de la société française. Cette accusation est grave, puisqu’elle met directement en cause la probité et la compétence des membres du Conseil Constitutionnel. Or, la décision rendue par les Sages a été parfaitement expliquée.  Les Sages ont considéré qu’il n’appartenait pas à leur juridiction de statuer sur l’égalité des droits entre les couples hétérosexuels et les couples homosexuels, et que cela relevait uniquement de l’appréciation du législateur. De plus, d’après les Sages, aucune règle à valeur constitutionnelle n’impose que les liens établis par la filiation adoptive imitent ceux de la filiation biologique. Le Conseil Constitutionnel n’a pas à approuver ou à désapprouver une loi, mais simplement à dire si cette loi est conforme ou non à la Constitution.

3° Désormais, Mesdames Boutin et Barjot vont jusqu’à contester la légitimité même du Président de la République, du gouvernement et de la majorité, sous prétexte que la cote de popularité du président s’est effondrée. Mais jusqu’à preuve du contraire, François Hollande a été élu avec la majorité absolue des suffrages en 2012, et les électeurs lui ont donné une nette majorité parlementaire. En outre, l’extension du mariage et du droit d’adoption aux couples de même sexe était inscrite dans le programme du candidat Hollande. Certes, l’élection ne donne pas au président un « blanc-seing » pendant cinq ans. Mais le mécontentement des Français ne rend pas « illégitimes » le Président et la majorité sortis des urnes il y a un an.

4° Pour justifier leur lutte contre la loi Taubira, Mesdames Boutin et Barjot disent qu’elles sont entrées « en résistance », comme si la France était « occupée » par la gauche, à l’image de la France de 1940 occupée par l’Allemagne. Elles prétendent se battre au nom de valeurs et de principes de civilisation qui seraient « supérieurs » aux institutions et à la loi républicaine elle-même. Mais ces valeurs et ces principes ne sont écrits nulle part, et restent soumis à la libre appréciation de chacun. La définition du mariage et les règles de filiation ont toujours été fixées par la loi, conformément aux principes énoncés dans la Constitution. N’importe qui peut évoquer n’importe quel « principe de civilisation », n’importe quelle « valeur », n’importe quel « modèle », n’importe quelle « loi naturelle » pour contester une décision qui lui déplaît. Mais dans un Etat de droit doté d’une constitution démocratique, ces considérations restent de l’ordre de la morale personnelle et n’ont aucune valeur juridique.

La légitimité désigne, en principe, le caractère de ce qui se fonde sur des principes justes et admis par la communauté. Mais pour Madame Boutin et Madame Barjot, est « illégitime » tout ce qui contredit leur vision de l’homme, de la famille et de la société.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s