Les lamentations pathétiques des opposants au mariage pour tous

A titre personnel, je suis contre le mariage homosexuel et le droit d’adoption pour les couples de même sexe. Mais le spectacle que nous donnent à voir les opposants au « mariage pour tous » (qu’il s’agisse de responsables politiques ou de simples militants) est tout simplement affligeant. A l’UMP, des voix demandent une démission de la ministre de la Justice, réclament un référendum et dénoncent un « passage en force » et un « coup d’Etat démocratique » (???). Lors des « Manif’ Pour Tous », on voit des militants instrumentaliser leurs propres enfants, provoquer les forces de l’ordre et jouer ensuite les martyrs parce qu’ils ont pris un peu de gaz lacrymogène dans la figure. Pire, on assiste à des prières collectives de catholiques en pleine rue. Pire encore, les actes homophobes se multiplient et des organisations catholiques intégristes comme « Civitas » distribuent des tracts homophobes en toute impunité. Il est temps que tout cela cesse.

Pourquoi parler de « passage en force » ou de « coup d’Etat » ? Notre pays est encore (jusqu’à preuve du contraire) une démocratie, dans laquelle le président et le Parlement sont élus au suffrage universel. Le « mariage pour tous » était dans le programme de François Hollande en 2012. Les Français ont élu Hollande et lui ont donné une large majorité parlementaire. Il est donc parfaitement légitime que le projet de loi relatif au « mariage pour tous » soit adopté par le législateur, sans référendum. La Constitution de la 5ème République réserve le référendum à des questions bien spécifiques, à savoir les réformes institutionnelles et les réformes touchant à l’organisation économique et sociale du pays (article 11). Quant au vote du Congrès à la majorité qualifiée des trois cinquièmes, il ne concerne que les révisions constitutionnelles. Rien ne justifie donc que le « mariage pour tous » fasse l’objet d’une procédure particulière. La durée des débats parlementaires fixée par le gouvernement est largement suffisante, d’autant plus que le débat avait commencé dans la société et les médias bien avant la présentation du texte à l’Assemblée Nationale. Ceux qui, à l’UMP, dénoncent un « passage en force » et un « mépris pour les Français qui sont dans la rue » ont la mémoire courte, et semblent avoir oublié que Nicolas Sarkozy a lui-même fait passer des réformes contre lesquelles des centaines de milliers de Français sont allés manifester, comme la réforme des retraites de 2010. Ils ont aussi oublié une fameuse déclaration de Jean-Pierre Raffarin lors des manifestations contre la réforme des retraites de 2003: « Ce n’est pas la rue qui gouverne ». Ceux qui, à l’UMP, dénonçaient les prières de rue des musulmans semblent faire preuve d’une étonnante complaisance à l’égard des catholiques intégristes qui ont prié en pleine rue à plusieurs reprises contre le projet de loi de Monsieur Hollande. Quelle hypocrisie! Selon l’UMP, quand c’est le peuple de droite qui descend dans la rue, il faut écouter la rue, mais quand c’est le peuple de gauche, ça ne compte pas…

Il est vraiment temps que tout cela cesse, que le débat sur le « mariage pour tous » prenne fin, et que le gouvernement puisse enfin se consacrer pleinement aux vrais problèmes: la moralisation de la vie politique, la réduction des déficits publics, l’emploi et la compétitivité.

Publicités

2 réflexions sur “Les lamentations pathétiques des opposants au mariage pour tous

  1. J’aurais bien aimé avoir les arguments pour lesquels vous êtes contre le mariage entre personnes de même sexe. Ce n’est pas pour lancer un débat, simplement pour prendre considération de vos arguments. Merci.

  2. Le mariage homosexuel, en lui-même, ne me pose pas de problème, je trouve simplement que cela n’a pas une grande utilité. C’est sur la question du droit d’adoption que je suis très réservé. Au fond de moi, je reste convaincu qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère. Or, de nombreux couples hétérosexuels français attendent depuis des années de pouvoir adopter un enfant: à quoi bon rajouter des couples homosexuels sur les listes d’attente alors que le nombre de demandes d’adoption est déjà supérieur au nombre d’enfants à adopter?
    Il est vrai que les couples homosexuels élevant des enfants sont déjà une réalité, à laquelle il faut donner un cadre légal. La loi doit impérativement protéger les enfants élevés par des couples homosexuels, par exemple en transférant une autorité parentale partielle au 2ème conjoint, ou en lui octroyant certains droits si le père ou la mère biologique vient à décéder. Mais on peut protéger les enfants sans aller jusqu’à « effacer » dans la loi toute différence entre un couple homosexuel et un couple hétérosexuel. Avoir des enfants est un fait, une réalité biologique, et non un « droit ». On ne peut pas « revendiquer » le droit d’avoir des enfants comme on revendique le droit de vote ou le droit au logement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s